Commentaires sur le manifeste

Utilisez cet espace pour apporter vos commentaires sur le Manifeste : pourquoi avez-vous signé, ou au contraire décidé de ne pas vous y associer ? Soyez constructifs, détaillez votre argumentation et évitez les formules agressives à l’emporte-pièce. Nous savons par expérience qu’il faut être très prudent face à SERVIER, c’est pourquoi la modération effacera les messages pouvant être assimilés à de la diffamation, à un appel au boycott (illégal) ou à caractère injurieux.

Certains des premiers signataires ont des liens d’intérêt (actuels ou passés) avec des industriels du médicament. Leur présence est importante : notre objectif est la prise de conscience par tous, à commencer par nous-mêmes, que certains liens créent des conflits d’intérêts tels qu’ils peuvent menacer la vie de nos patients. Gardez en tête que vous signez pour soutenir un texte et des victimes, et personne d’autre.

171 réflexions au sujet de « Commentaires sur le manifeste »

  1. MENEZ Sandrine

    Bonjour,

    je tenais à remercier le Docteur Frachon pour son courage. Je viens de voir le film « la fille de Brest » : bouleversant.

    Merci pour toutes ces victimes du médiator et de lutter encore et toujours. Tous les Brestois sont avec vous, tous les anonymes comme moi qui ne font pas partie du corps médical touchés par votre histoire.

    Jamais un film ne m’avait autant touchée. Jamais.

    J’ai bien évidemment signé la pétition !

    Kenavo !

    Répondre
  2. LEROY Didier

    Bonjour Irène Frachon,

    Je ne vais pas vous féliciter une fois plus, ce n’est plus nécessaire…….je viens de vous entendre sur France Inter ce matin et je me pose la question suivante : si vous aviez la possibilité, vous demanderiez la FERMETURE de ce labo assassin quite a le faire renaitre de ces cendres avec une direction « normale ». On se demande comment, lui, il est encore vivant.

    Dans ce cas, ne peut-on pas tout simplement mettre en place un boycott généralisé des produits Servies pour leur faire déposer le bilan et en ayant préparé un plan de reprise cohérent

    Didier

    Répondre
    1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

      Bonjour
      Je réponds pour Irène qui a en effet été brillante ce matin chez Patrick Cohen 🙂

      Un appel au boycott est un acte illégal en France, donc c’est impossible. De toute façon, le laboratoire ne va pas bien et je crois qu’il compte surtout sur sa filiale de génériques Biogaran pour survivre.

      Répondre
    2. Ginting

      Bonjours Irène fraction, voilà je me permets de m’adresser à vous, ?!?ces quelques lignes, dans le sujet du médiators ce médicament qui nous tue à petits feu avec une douleur énorme dans la poitrine gauche qui me gêne nuits et jours de grade ( 1) à passer grade ( 2) avec une hypertension 19 à 22 ) et je ne peut trop me promener sens être essoufflé et crié pour reprendre ma réparation, ? moi j’étais pas malade,? mon médecin traitant ma prescrit le médiators suit à un accident de travail en 2017 don je me suis retrouvé dans une chaise roulant pendant des trois années ? Le faite d’une prise de poids ? Le fait que mon médecin traitant m’avait prescrit le médiators de 2002 à 2009 pour la perte de poids??, soit disant que le sur poids pouvez causé des dégâts pour le genoux accidenté ? Mais voilà le résultat,?? dans tout les cas la plupart des cardiologue essais de protéger ces tueurs d’humains , faites on as fait confiance à nôtres médecin de familles qui nous as pris comme cobaye, pour faire vidé leurs stockage de médiators et aujourd’hui certains cardiologue veulent nous faire croire des choses comme de quoi tout les patients qui a cette fuite àortique grade ( 1) ou ( 2) s’est normal) avec une hypertension évolutifs, en nous disant mes madame arrêté vos histoires du médiators, tout le monde a cette maladie, on nous prend vraiment pour des cobaye, ??voilà on victimes d’empoisonnement du au médiators qui n’arrête pas à nous démolir notre état de santé, !! et notre morale est à zéro,!!! la peur de mourir,!!! la souffrance, !!! le cauchemar ?!!!! On ne dorment plus!!! depuis cette histoire mon homme est déstabiliser,!! la peur de perdre sa seconde épouse vue qu’il avait déjà perdue sa première femme dans accident ? Il es démoraliser, que sa lui a provoqué un début d’arrêt cardiaque, il me dit si tu meurt qu’est-ce que je vais devenir,, la son état est alarmante, ???avec ma fuite aortique grade ( 2) et une hypertension suit au médiators je suis obligé de m’occuper de lui, ?? il a perdue la notions du temps, il réagit comme un bébé, son coeurs est très fatiguée ???, , ce qu’on peut dire deux coeurs qui se bat pour resté sur terre pour nos enfants et petits enfants???,, on peut dire merci à ce qui on fabriquer ce molécules qui nous as détruis ?? Après on vient vous proposer 1900 euros pour vous dédommager???, est ce que nôtres vie à si peut de valeurs vis à vie ces laboratoire servier,???? nous les pauvres humains on es les cobaye de ces laboratoire ?? S’est ce qui fabrique ces médicaments qui tue qui met en difficulté la sécurité sociale ?? Et qui fait travailler les médecins traitant et les cardiologue???, et les pharmacie, et la mutuelle de chaque patients qui en subissent les conséquences car il doivent rembourser les frais médicaux et les médicaments que la sécurité sociale ne rembourse pas tout,, car mon médecin n’a jamais voulu faire un dossier de prise en charge en conséquence du médiators, je doivent toujours payé ma visite chez le cardiologue et me faire rembourser par ma mutuelle alors que s’est pas ma mutuelle santé qui m’a détruis la vie ??si ce n’est pas une honte de tué les innocente, enfin étant victimes je compatie à la souffrance de ce qui a était contaminé par le médiators, et notre souffrance n’est pas terminé. JAI Très Peur de mourir) dans une telle souffrance))) ???

      Répondre
    3. PEILLARD JEAN-YVES

      Bonjour, je souhaite bonne année et surtout une bonne santé à tous, le serment mis en exergue sur le site m’interpelle aussi, je fais parti des « vigies d’Hippocrate » stationnés devant l’OMS depuis 10ans (www.independentwho.org). Je viens régulièrement aux rassemblements des Glières où j’y ai vu Annette Beaumanoir, Irène Frachon et quelques autres professionnels de la santé. C’est aussi un lieu où on y vient y chercher du sens, du sens à la vie et du sens à nos combats, c’est une transmission que j’ai essayé de traduire ici de façon brouillonne :http://elianguesard.unblog.fr/files/2013/04/vivrelibreoumourircontamine.pdf
      Le lien avec l’affaire Servier est simple à deviner; lorsqu’il y a un problème on doit remonter aux sources et se donner du courage pour affronter ce problème.
      Bien sûr, on ne peut résoudre tous les problèmes du monde y compris de la vie en bonne santé mais du moins rester droit dans la tempête. Merci de contribuer à respecter ce serment, cet autre mythe qui donne du sens et qui rassemble.

      Répondre
  3. X

    Moi j ai recu du distilbene sans mon accord avant ma naissance. Ayant servie de cobaye car tout le monde sait maintenant que le distilbene sert a traiter les cancers de la prostate je souhaiterais etre indemniser du prejudice subi. C etait la premiere fois qu il y a eu des essais cliniques a si grande echelle sans prevenir les patients qu il s agissait d essais. Les laboratoires savent qui a recu le produit car les donnees sont chiffrees. On se demande par quel miracle. Doncles laboratoires qui commercialisent le distilbene pour soigner les malades devraient aussi indemniser les cobayes qui subiront toutes leurs vies les consequences des essais. Moi je n ai pas eu d enfants et le risque de cancer est une epee d amocles sur chaque personne ayant absorbe le produit avantsa naissance.

    Répondre
  4. ludo

    Bonjour à tous,
    je viens d’entendre le Dr Irene FRACHON dans les médias parlant de l’affaire MEDIATOR et des conflits d’intérêts majeurs qui existent
    entre les médecins, les experts…avec les labos. Son courage force le respect, c’est tellement plus facile de « la fermer » pour avoir une carrière qui coule tranquillement. Heureusement qu’il y a encore des médecins courageux, comme le Pr JOYEUX aussi. Je ne suis pas touché personnellement par le MEDIATOR mais compatis sincèrement et suis totalement solidaire avec les victimes et je sais que le combat juridique est long et éprouvant financièrement et nerveusement.
    Moi-même je suis victime non pas d’un médicament mais d’une intervention chirurgicale: je suis en procédure avec un chirurgien ORL qui m’a sectionné mes cornets inférieurs (turbinectomie) à mon insu en plus, si bien que je ne dors plus que quelques heures par nuit, que j’étouffe, que j’ai tout le temps le nez sec et souvent des sécrétions purulentes qui me font vomir…et là c’est encore un autre problème on ne se heurte pas à un labo mais à un corporatisme effroyable qui gangrène les expertises, car on connaît les conséquences des turbinectomies excessives depuis au moins les années 70 où pratiquement plus aucun ORL ne les pratiquaient à cause des lourdes séquelles recensées (ozène ou rhinite atrophique secondaire, désormais appelé syndrome du nez vide), mais c’est un sujet tabou et très sensible chez les ORL, même encore aujourd’hui, parce qu’il s’agit d’un problème 100% d’origine iatrogène, c’est-à-dire chirurgicale.
    Moi j’ai eu de la chance de tomber sur un expert assez neutre et intègre; cela dit ça reste compliqué, les experts ne sont pas à l’abri de se retrouver à la place du médecin jugé, d’ailleurs ça s’est déjà vu, surtout dans le domaine des turbinectomies, donc ils restent prudents: on a un déficit fonctionnel permanent estimé à 15% maximum (à titre d’exemple une personne qui a perdu un oeil c’est 20%,
    et nous on ne dort plus, notre odorat est dégradé, notre goût aussi souvent, on ne travaille plus ou presque, on n’arrive plus à respirer, et c’est du 24h/24 ! Le risque pulmonaire est important aussi car les cornets protègent les poumons en filtrant, pressurisant, réchauffant et humidifiant l’air inspiré; un pneumologue pourrait nous indiquer les conséquences possibles à moyen et long terme…)
    Bon courage à toutes les victimes, il faut se battre jusqu’au bout, ils ont brisé nos vies !
    Mais c’est vrai qu’en France les indemnisations n’ont rien à voir avec ce qui se fait aux Etats-Unis. Là-bas c’est peut-être démesuré,
    ici c’est juste une 2ème peine pour les victimes tellement c’est insignifiant.

    Répondre
  5. Arthur M.

    Bonjour à Toutes et à Tous,

    Je n’adhère plus au Manifeste et je vous en donne la raison.

    Le collège d’experts indépendants de l’ONIAM a dressé dans un communiqué de presse le 8 décembre 2015 (lien ci-dessous) un bilan à mi-parcours. On peut y lire que le nombre de décès imputables au Médiator s’élève au 30 novembre 2015 à 19. Au terme du bilan, le nombre de victimes pourrait être 25 (avec toutes les précautions d’usage). Vous ne mentionnez pas ce communiqué. Il émane pourtant d’un collège d’experts indépendants. La France est un état de droit. La Justice pourrait un jour mettre en lumière que le nombre de victimes imputables au Médiator –et une victime est déjà une victime de trop- fut 100 fois moins que le nombre alarmiste relayé ici. Les Sages, signataires du présent Manifeste, constateront alors qu’ils ont usé des droits mais pas des devoirs.

    Ce drame, ce n’est pas du cinéma. Je suis mal à l’aise d’apprendre que « Haut et Court » est le nom de la société de production de « La fille de Brest » qui retrace le combat de Madame Frachon contre le méchant Laboratoire Servier. Je crois sincèrement que Madame Frachon a basculé dans le sensationnel, poussée par les médias qu’elle avait sollicités. Je suis déçu car je me demande aujourd’hui si elle vaut mieux que le procès qu’elle fait ?

    Mes pensées vont aux victimes et à leurs proches.

    Votre bien dévoué Arthur Monocle

    http://www.oniam.fr/
    http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=3&ved=0ahUKEwjFx9233M7KAhWB0hoKHWuPAbkQFggqMAI&url=http%3A%2F%2Fwww.oniam.fr%2Fmedias%2Fuploads%2FCommunique%2520de%2520presse%2FCP%2520m%25C3%25A9diator%252008122015.pdf&usg=AFQjCNE5HfH58zd3Arf0svdgUs5naMwCNQ&sig2=l63AbWe5rus0iTHVNgjAtQ&bvm=bv.113034660,d.d2s

    Répondre
    1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

      Bonjour Arthur l’anonyme
      Vous avez mal lu le communiqué de l’ONIAM. Le chiffre correspond aux décès récents, pour un médicament commercialisé 40 ans.

      Jacques SERVIER ne sera jamais pendu « haut et court », ni même inquiété puisqu’il nous a quitté. Son médicament a fait plus de morts de tous les attentats terroristes en France pendant la même période.

      Répondre
      1. Ginting

        Bonjours Irène fraction, voilà je me permets de m’adresser à vous, ?!?ces quelques lignes, dans le sujet du médiators ce médicament qui nous tue à petits feu avec une douleur énorme dans la poitrine gauche qui me gêne nuits et jours de grade ( 1) à passer grade ( 2) avec une hypertension 19 à 22 ) et je ne peut trop me promener sens être essoufflé et crié pour reprendre ma réparation, ? moi j’étais pas malade,? mon médecin traitant ma prescrit le médiators suit à un accident de travail en 2017 don je me suis retrouvé dans une chaise roulant pendant des trois années ? Le faite d’une prise de poids ? Le fait que mon médecin traitant m’avait prescrit le médiators de 2002 à 2009 pour la perte de poids??, soit disant que le sur poids pouvez causé des dégâts pour le genoux accidenté ? Mais voilà le résultat,?? dans tout les cas la plupart des cardiologue essais de protéger ces tueurs d’humains , faites on as fait confiance à nôtres médecin de familles qui nous as pris comme cobaye, pour faire vidé leurs stockage de médiators et aujourd’hui certains cardiologue veulent nous faire croire des choses comme de quoi tout les patients qui a cette fuite àortique grade ( 1) ou ( 2) s’est normal) avec une hypertension évolutifs, en nous disant mes madame arrêté vos histoires du médiators, tout le monde a cette maladie, on nous prend vraiment pour des cobaye, ??voilà on victimes d’empoisonnement du au médiators qui n’arrête pas à nous démolir notre état de santé, !! et notre morale est à zéro,!!! la peur de mourir,!!! la souffrance, !!! le cauchemar ?!!!! On ne dorment plus!!! depuis cette histoire mon homme est déstabiliser,!! la peur de perdre sa seconde épouse vue qu’il avait déjà perdue sa première femme dans accident ? Il es démoraliser, que sa lui a provoqué un début d’arrêt cardiaque, il me dit si tu meurt qu’est-ce que je vais devenir,, la son état est alarmante, ???avec ma fuite aortique grade ( 2) et une hypertension suit au médiators je suis obligé de m’occuper de lui, ?? il a perdue la notions du temps, il réagit comme un bébé, son coeurs est très fatiguée ???, , ce qu’on peut dire deux coeurs qui se bat pour resté sur terre pour nos enfants et petits enfants???,, on peut dire merci à ce qui on fabriquer ce molécules qui nous as détruis ?? Après on vient vous proposer 1900 euros pour vous dédommager???, est ce que nôtres vie à si peut de valeurs vis à vie ces laboratoire servier,???? nous les pauvres humains on es les cobaye de ces laboratoire ?? S’est ce qui fabrique ces médicaments qui tue qui met en difficulté la sécurité sociale ?? Et qui fait travailler les médecins traitant et les cardiologue???, et les pharmacie, et la mutuelle de chaque patients qui en subissent les conséquences car il doivent rembourser les frais médicaux et les médicaments que la sécurité sociale ne rembourse pas tout,, car mon médecin n’a jamais voulu faire un dossier de prise en charge en conséquence du médiators, je doivent toujours payé ma visite chez le cardiologue et me faire rembourser par ma mutuelle alors que s’est pas ma mutuelle santé qui m’a détruis la vie ??si ce n’est pas une honte de tué les innocente, enfin étant victimes je compatie à la souffrance de ce qui a était contaminé par le médiators, et notre souffrance n’est pas terminé. JAI Très Peur de mourir) dans une telle souffrance))) ???

        Répondre
  6. D.PENET

    Voilà pourquoi les gens vont vers des médecines naturelles car pour cela les laboratoires n’ont pas encore le monopole.

    Répondre
  7. Coret

    Ne serait-il pas INDiSPENSABLE, tenant compte de la réalité de leurs agissements, de ne jamais plus parler des « laboratoires », mais de l’INDUSTRIE pharmaceutique, ni non plus du « laboratoire trucmuche » mais de la FIRME trucmuche?
    Dr. Françoise Coret, médecin en exercice depuis 48 ans.

    Répondre
  8. Alain Braillon

    je ne signe pas, même si tout cela est scandaleux. C’est la double peine pour les victime du Médiator.
    Mais d’une part, Servier n’est pas différent des autres labos car il n’y a qu’en France où l’on ignore le triste casier judiciaire de cette industrie dans sa globalité.(http://www.bmj.com/content/344/bmj.d8219.full?ijkey=zGSLKx0qMMxGfMH&keytype=ref) Et l’ONIAM s’inquète-il de l’absence d’indemnisation pour les victimes du Vioxx? La France est elle une exception une fois de plus.
    Surtout, Servier n’est pas la cause, la cause ce sont les soi-disant experts médicaux et les Agences, au premier rang desquelles la Haute Autorité de Santé, sa commission de la « transparence » et le ministre qui a permis le renouvellement du remboursement du Médiator en 2006 malgré la présence de deux de ses représentants. Qui peut ignorer la censure deS alarmeS notifiées en première page du dossier d’examen pour le renouvellement du remboursement 2006?(http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736%2811%2960862-3/fulltext)
    Il faut tuer le mal à sa racine! Voila pourquoi je ne signe pas cette pétition. Il ne faut pas se focaliser sur Servier, c’est l’arbre qui cache la foret!

    Répondre
    1. chantal

      Bonjour, je suis en parfait accord avec votre argumentation. Je suis un cadre de santé hospitalier maintenant à la retraite et tout au long de ma carrière, j’ai pu constater l’arrosage permanent de tous les labos dans le milieu médical qui prennent en charge les frais de buffets accompagnant leurs démonstrations, les passages de thèses ou d’agrégation, les frais de transport et d’hôtel lors de conférences.et tant d’autres avantages. En effet, placer leurs produits à l’hôpital, c’est le Graal. Lorsque le patient sort de l’hôpital avec une ordonnance, il y a toutes les chances que le médecin traitant reconduise les médicaments prescrits à l’hôpital.
      Mais je suis aussi une victime du médiator. C’est mon médecin acupuncteur qui m’a prescrit ce médicament que j’ai avalé pendant 14 ans.je n’avais pas de problème de poids, ni de diabète, mais ma glycémie était à la limite supérieure et 3 comprimés par jour ont contribués à la normaliser. Donc, merci le bon laboratoire! En 1999, on decouvre chez moi un rétrécissement mitral et une fuite de la valve aortique. Personne ne faisant la relation avec le médiator, je continue à m’empoisonner pendant 10 ans jusqu’en 2009 et le retrait du produit. Depuis, j’ai du subir une valvuloplastie mitrale, pris ma retraite et déposé plainte contre Servier. Je considère que l’ex Afssaps est totalement complice du laboratoire. Si on arrive un jour à déterminer qui a laissé Servier continuer pendant 10 ans a empoisonner sereinement la population , on connaît aussi , depuis l’affaire du sang contaminé, ce qu’ils diront : »responsables mais pas coupables ». Alors, contrairement a vous, j’ai signé la pétition.

      Répondre
  9. Lesage marianne

    Bravo a Irène Frachon,tous ceux qui vous soutiennent ne l’écrirons pas nécessairement,sachez que nous sommes nombreux(ses)avec vous,ne lâchons rien.

    Répondre
  10. J. Lebreton

    Ces batailles juridiques sur les faits avérés est révoltante sur le plan de l’éthique. La protection des actionnaires et des bénéfices de SERVIER au détriment des patients illustre encore le peu d’éthique des dirigeants de l’entreprise. Merci de nous avoir alerté sur ces faits.

    Répondre
  11. A. Le Clanche

    Simple citoyenne, je veux exprimer mon admiration et mon estime au Docteur Frachon et à ses confrères pour leur intégrité et leur générosité.

    Répondre
  12. Pierre Alonso

    Ancien Visteur médical puis soignant, je suis aujourd’hui auteur de chansons françaises – Il me parait inconcevable que ce Groupe pharmaceutique avec une éthique de devanture tout à fait honorable, nous prouve leur esprit mercantile au point de ne pas assumer leurs responsabilités !!! VOUS ETES RESPONSABLES d’une CATASTROPHE alors Messieurs : Ayez-en !!!!!!

    Répondre
  13. Aurélie

    Depuis 2009, vous êtes entrés dans la caverne. L’exploration est compliquée, visiblement… Normal, y’a des caméléons partout, contre les parois, qui veulent cacher la vérité sur la sécurité dont les patients croient être entourés en prenant certains médicaments.
    SERVIER a été mis à mal par cette part de la vérité mise au jour.
    6 ans, déjà, que le public sait. J’espère que ce manifeste et les autres actions donneront aux patients les indemnités dues (c’est bien le minimum…).

    Je crois, certainement, qu’avoir piqué à vif l’omerta pharmaceutique permettra (dans combien de temps ?) de remanier cette entourloupe organisée pour sauver des vies, des qualités de vie. La vie, les Hommes.

    Chapeau bas et mon soutien à vous et aux patients et leurs proches concernés, surtout.
    Aurélie

    Répondre
  14. Un signataire

    Bonjour et merci pour ce manifeste. Lors de la signature en ligne, il serait souhaitable de pouvoir choisir si l’on souhaite conserver son nom et prenom non publie sur la page des signataires. En effet, une utilisation mal intentionnee de cette liste nominative et publique pourrait s’averer prejudiciable et, de plus, elle dissuade certaines personnes soucieuses de leur vie privee de signer le manifeste. L’utilisation de la liste nominative devrait se limiter aux cas precis pour lesquelles elle est necessaire (relations institutionnelles, etc.). J’espere que vous ajouterez prochainement cette fonctionnalite.

    Répondre
    1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

      Bonjour
      Le principe d’un manifeste ou d’une pétition, c’est d’associer son nom à une action, une plainte, un projet ou un combat. Une signature anonyme n’aurait aucun sens. D’ailleurs, si quelqu’un signait « Anonyme – Ex-ministre de la santé » je me verrai contraint de supprimer cette signature dans la crainte d’un faux 😉

      Répondre
      1. Toujours le meme signataire

        Bonjour,

        Je ne suis, helas, pas d’accord avec vous. Primo, je n’ai pas demande a ce que la signature soit anonyme partout, mais seulement pour l’acces public via Internet. Il est en effet legitime de presenter la liste des noms le cas echant, par exemple a un service ministerel qui voudrait sa’ssurer de sa veracite.
        Secondo, l’argument utilisant « un ex minitre de la sante » n’est pas convaincant car aujourd’hui aucune verification n’est faite l’existence reelle des signataires. il est donc possible de creer des signatures avec une simple adresse email et un prete-nom.

        Ma demande concerne simplement un niveau de discretion basique sur Internet de nos jours, respecte par la plupart des cyber-petitions d’envergure. Les initiales au lieu du nom et prenom en entier suffisent pour l’affichage public et surtout previennent les moteurs de recherche et autre exploitants de liste de noms de faire un travail d’analyse qui depasse largement l’engagement souhaite par les signataires.

        Il faudrait simplement laisser le choix au signataire de figurer nominativement ou pas sur le site.

        Si vous ne pouvez pas supprimer l’affichage de mes noms et prenoms de la liste publique, je serais oblige de vous demander de retirer ma signature, ce qui serait un comble vu que je soutiens pleinement la cause.

        Bien cordialemement,

        Répondre
        1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

          Bonjour
          Les signataires qui ne peuvent assumer publiquement leur soutien ne nous intéressent pas. Adressez-moi en privé votre nom par email pour que je puisse le supprimer.

          Répondre
          1. Toujours le meme signataire, navre.

            Bonjour et merci pour votre reponse. Vous me voyez navre de « ne pas vous interesser » alors que je soutiens le manifeste et qu’en plus je defends les droits, certes nouveaux, des signataires par voie numerique. A quelle adresse puis-je vous contacter?

  15. chaussée véroniq

    Bonjour à vous tous , je tiens d’abord à remercier le DOCTEUR IRENE FRACHON ,pour son implication depuis des années dans ce dossier et surtout pour sa première alerte sur ce médicament !!!!! Je remercie tous les signataires de ce manifeste Docteurs et patients ……. Je suis malade aussi et je connais l’angoisse du lendemain,j’aimerai que tout ce termine maintenant,j’espère que ce manifeste portera une action rapide et concrète !!!!!

    Répondre
  16. Ana

    Mon médecin « homéopathe » m’a prescrit du Médiator 3/j pendant plus de 6 ans pour un peu de poids à perdre, je ne lui avais rien demandé et lui faisait confiance. Le pharmacien me l’a donné aussi sans broncher.
    Fuite aortique stade 2 avec malaises. Je m’en tire à bon compte par rapport à toutes les malheureuses victimes.
    J’ai consulté 2 cardiologues qui nient que le Médiator soit en cause. Rien que de prononcer le mot Médiator et les voilà outrés !
    Dossier déposé il y a deux ans à l’AVAAM dont je n’ai eu aucune nouvelle et il n’a même pas été transmis à l’ONIAM.
    Sans doute pas assez « amochée » pour être défendue et reconnue, je laisse tomber comme beaucoup.
    De toutes façons comment prouver que l’on n’avait rien avant ?

    Une petite question : Comment trouver un cardiologue signataire dans ma région ? Ca me ferait du bien d’avoir un médecin intègre en face de moi.

    Merci de tout coeur au Dr Frachon et à tous les signataires.

    Répondre
  17. G. Girard

    Victime du médicament AGREAL de SANOFI, j’ai été jetée aux oubliettes comme des milliers d’autres…
    Je connais aussi les souffrances que rien ne soulage, et l’impuissance, la peur et le dégoût que les victimes peuvent ressentir face à une justice inaccessible et des laboratoires intouchables. Et cette omerta, cette chape de plomb qui s’abat sur tant de scandales… Quant au traditionnel déni, lâche, méprisant et cruel, c’est notre double peine ; un châtiment supplémentaire, aussi infâme que destructeur.
    Mais nos vies valent tellement moins que leurs profits…
    Depuis 2001, quand la mienne a basculé en enfer, j’ai découvert avec effroi l’envers du décor de notre beau système de santé ; le meilleur du monde paraît-il…
    Aujourd’hui je n’attends plus rien mais je tenais à manifester ici toute mon admiration et ma solidarité au Docteur IRENE FRACHON que je respecte infiniment. J’aimerais tant que d’autres médecins l’imitent car derrière cet épouvantable scandale du MEDIATOR de SERVIER, d’autres, tout aussi effroyables, se cachent…

    Répondre
  18. pierredeschaumes

    je suis toujours surpris par les procès publics.Les gens n’ont même pas le tiers des infos et sont manipulés.

    voici ce qu’écrivait D Dupagne, principal auteur de cette pétition si j’ai bien compris, sur un site public à un médecin qui s’interrogeait sur le calcul du nombre de morts dus au médiator:

    « Bonjour Hervé

    les faits ne sont pas difficiles à évaluer, l’étude Régulate est accablante. Je suis très surpris que tu te laisses impressionner par les rodomontades de Bardet qui fait partie des aveugles soumis à une dissonnance cognitive douloureuse.

    Le groupe SERVIER n’a quasiment sorti que des merdes et a plus compté sur la prévarication que sur la science pour les promouvoirs. ses méthodes faisaient peur. C’est le seul groupe pharmaceutique que j’hésitais à attaquer avant 2009 car je craignais pour ma vie. Je ne plaisante pas. Quand on fait des enquêtes aussi fouillées avant d’embaucher quelqu’un c’est que l’on a beaucoup de choses à cacher.
    Je pense que tu te sentiras très mal d’avoir écrit ces lignes quand le procès aura mis à jour l’horreur de cette histoire.

    Le débat sur le nombre de morts ne prendra jamais fin, mais il me rappelle d’autres domaines où le nombre de morts a aussi été contesté. C’est à Gerber. Ne te commet pas là dedans »

    Autrement dit, pour avoir raison, ce mr Dupagne est capable de mentir (l’étude Régulate ne permet en aucun cas de calculer le nombre de valvulopathies graves ou de morts), de se victimiser (« je craignais pour ma vie » franchement…. quoique devant un public conquis on peut vraiment raconter beaucoup de bêtises), de faire des analogies vraiment oiseuses (« il me rappelle d’autres domaines….) , presque de menacer ((tu te sentiras très mal…),et de remettre en question l’intelligence et l’honnêteté de ses contradicteurs: ON N’A PAS LE DROIT DE NE PAS ETRE D’ACCORD AVEC LUI: il est gentil donc si on n’est pas d’accord on est méchant (ou vraiment idiot).

    En résumé, pour avoir raison, on peut faire n’importe quoi en se parant de vertu: ça a un nom: la Terreur.

    Il Y a des victimes du médiator, ce blog en est un témoignage, ils souffrent, ils sont en cours d’indemnisation. La démarche de ces pétitionnaires (dont les 2/3 ne connaissent strictement rien au dossier) est douteuse de mon point de vue.

    Répondre
    1. Irène Frachon

      La réponse de Dominique Dupagne à Hervé Maisonneuve sur son blog « rédaction médicale et scientifique » rebondit davantage sur le questionnement choquant de ce dernier « où sont les faits ? » que sur la controverse à propos du calcul du nombre de morts liés au Mediator.
      Les « faits » dans l’affaire du Mediator sont ceux de l’Evidence Based Medicine (EBM) autrement dit « la médecine fondée sur les faits » qui s’appuie sur des études cliniques de méthodologie rigoureuse. L’étude REGULATE réalisée par SERVIER lui même est à ce titre une étude de haut niveau de preuve car prospective randomisée en double aveugle, le « must » de l’EBM, même si on doit discuter l’éthique d’une telle étude pour tester prospectivement la toxicité d’un produit sans même informer les « cobayes » humains enrôlés dans l’étude… Son résultat est accablant pour le produit puisque qu’après un an d’exposition au Mediator, on voit émerger une valvulopathie chez 16 % des personnes exposées comparées aux personnes non exposées. Même si ces valvulopathies étaient de faible gravité initiale, la poursuite du traitement pendant de nombreuses années a contribué à l’émergence de valvulopathies très graves voire mortelles.
      Le calcul des morts liés au Mediator a été en effet réalisé à l’aide d’une autre étude de haut niveau de preuve puisque c’est une étude de cohorte réalisée par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM) qui a permis à deux équipes d’épidémiologistes renommés de calculer ce fameux nombre de morts avec des résultats cohérents et publiés dans la littérature scientifique. (Hill C. Mortalité attribuable au benfluorex (Mediator) La Presse Medicale, mai 2011 et Fournier A. and Zureik M. Estimate of deaths due to valvular insufficiency attributable to the use of benfluorex in France. Pharmacoepidemiologye & Drug Safety, février 2012). Le rapport d’expertise pénal a depuis confirmé ces estimations (conférence de presse du procureur de Paris début 2014).
      Nier des « faits » établis avec les moyens validés de façon consensuelle par la communauté scientifique sans argumentation autre qu’un calcul effectué sur un coin de table et « publié » sur un site internet (Atlantico) sans filtre d’aucune sorte est une démarche choquante, et même un peu flippante notamment lorqu’elle émane d’un scientifique plutôt réputé. Ne pas être d’accord, par exemple en ayant une appréciation personnelle divergente de la nôtre de faits établis (dans le fond, est ce si grave des centaines de morts causés par le Mediator ? il se trouve que pour les signataires de ce manifeste la réponse est oui) est une chose, mais nier un fait scientifiquement validé sans controverse scientifique sérieusement étayée pose problème.
      Quant à balayer ainsi la question des victimes « en cours d’indemnisation » comme s’il s’agissait d’une simple formalité administrative qu’il est inopportun de soutenir…après 5 années de combat effrayant pour ces personnes, personnellement votre commentaire me donne la nausée.
      Irène Frachon

      Répondre
    2. Dominique Dupagne Auteur de l’article

      Bonjour
      Tout d’abord, merci d’avoir copié ma réponse à Hervé Maisonneuve sur son blog. Je n’aurais jamais osé poster moi-même un texte aussi polémique sur le site du Manifeste.

      Pour le reste, Irène a répondu. Il n’existe pas de médecin du nom de Pierre Deschaumes en France. Je pense que vous ne maîtrisez pas suffisamment le dossier scientifique du Médiator pour que nous puissions en débattre utilement.

      Répondre
    3. pierredeschaumes

      Bonjour à tous. J’ai envoyé hier un commentaire, comme cela est conseillé plus haut, indiquant pourquoi je ne signerai pas cette pétition.
      Mon propos n’est pas de nier l’existence des valvulopathies dues au médiator ni de recalculer leur nombre.
      Mon propos était et est toujours de dire que ça n’est pas parce qu’on défend des gens qui souffrent que l’on peut dire, écrire et faire n’importe quoi: je pense que nous pouvons tous être d’accord sur ce point.
      En regardant le Dr Frachon dans l’émission de Thierry Ardisson la semaine dernière, j’ai été surpris par le fait que l’on désigne nommément à la vindicte populaire le nouveau PDG de Servier; ça m’a mis mal à l’aise.
      Je me suis alors ré-intéressé à l’affaire médiator dont je découvre que c’est devenu un vrai Barnum. Comment les juges et les experts peuvent ils travailler sereinement ? Justement ?
      En exprimant ces doutes, je me suis attiré les insultes du Dr Frachon (qui fait semblant de croire que je veux recalculer le nombre de morts liés au médiator) à qui je donne la « nausée ». Par ailleurs, le Dr Dupagne cherche à savoir qui je suis (« il n’y a pas de médecin s’appelant pierre deschaumes »).
      Pourquoi ? il n’ a pas cherché à savoir qui sont les gens qui publient des commentaires qui vont dans le même sens que lui.Pour m’envoyer la police de la pensée ?

      Par ailleurs, argument d’autorité méprisant: je ne connais pas assez le dossier du médiator pour discuter avec lui.
      C’était précisément l’objectif de mon commentaire que de démontrer si on n’est pas d’accord avec les Dr Frachon et Dupagne, même sur un aspect marginal du dossier (l’utilité de cette pétition, et non pas l’existence des valvulopathies dues au médiator, je le répète) on est insulté (nausées) et remis en cause (qui êtes vous ? j’aimerais bien savoir qui vous êtes ! et de toutes façons vous n’y connaissez rien !).

      J’avoue que vos deux réponses m’ont fait peur-au sens propre- et que j’ai hésité à répondre.
      Mais allons un peu plus au fond des choses: en surfant sur internet cette semaine je tombe sur plusieurs infos:
      -sur le site medscape on détaille le dossier de deux plaignants au tribunal de Nanterre: je ne veux pas détailler ces dossiers: ce serait indécent; mais enfin,on découvre qu’une une valvulopathie côtée 0.5/4. entraînerait une dyspnée d’effort justifiant la plainte je ne comprends pas, cela va contre toutes les données de la science: une valvulopathie si modeste est forcémént asymptomatique.

      Le second dossier est plus dramatique et il est bien évident que si la valvulopathie est imputable au traitement reçu, le patient doit alors être indemnisé. Nous avons tous par ailleurs conscience que l’argent ne fait pas tout et qu’il est aussi important pour la victime que le préjudice soit reconnu publiquement quand il y en a un.
      -sur le site de l’express on apprend que 40 personnes ayant pris du médiator ont porté plainte pour préjudice d’anxiété: autrement dit, elles n’ont rien mais elles ont peur d’avoir quelque chose un jour. Et on fait le parallèle avec les affaires de l’amiante et du distilbène. Effectivement, dans ces deux cas,un cancer de la plèvre ou de l’appareil génital féminin peut se déclarer à distance. Dans le cadre des valvulopathies médicamenteuses, surtout 5-6 ans après le retrait du traitement, ça n’est pas le cas: on a ou pas une atteinte cardiaque médicamenteuse; elle ne va pas se déclarer 10 ans après. Donc, à mon sens, sauf nouveauté médicale,il ne faut pas soutenir cette plainte.

      En ce qui concerne cette pétition, je la trouve injustifiée car, si on regarde les rares sites qui publient les chiffres, il semble que, globalement Servier ait indemnisé les patients pour lesquels la procédure est terminée, mais s’arqueboute sur une dizaine de dossier pour lesquels il y aurait un vrai désaccord (sur plusieurs milliers). Mais enfin, comment imaginer qu’une société ne se défende pas ?
      Vouloir empêcher Servier de se défendre sur ces quelques cas en prenant la population à témoins et en jouant sur l’émotion est à mon avis une vraie faute et cela me fait peur. n’importe lequel d’entres nous peut être jeté en pâture à la presse, et tout ce qu’il dira sera inaudible.

      La civilisation a créé la justice pour éviter les lynchages. Tous ces procès publics,éruptifs,outranciers sont des retours en arrière.J’aimerais que mon avis soit discuté et pas balayé.

      Répondre
      1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

        Bonjour,
        Donc, vous êtes apparemment un médecin, qui poste sous un faux nom. Avez-vous des difficultés à assumer vos propos ?

        J’ai suivi l’affaire comme vous. J’ai assisté non pas au lynchage de Servier, mais à la tentative de destruction d’Irène Frachon par le groupe Servier (qui a fait interdire son livre), par ses soutiens (qui ont fait pression sur sa direction et ses collègues), et par ses avocats, qui font des procès en diffamation pour se protéger de journalistes qui disent pourtant la vérité.

        J’ai vu sortir de nulle part des blogueurs et de pseudojournalistes, travaillant de concert avec les mêmes arguments pour tenter d’altérer l’image d’Irène Frachon.

        J’ai vu les avocats de Servier utiliser tous les artifices de procédure pour faire traîner le procès pénal, dont les chefs de mise en examen sont très graves. Nous savons qu’il faudra 15 ans pour finir ces procès. C’est long, trop long pour les victimes.

        Alors faire passer Servier lui-même pour une victime, c’est un peu comme plaindre le bourreau qui s’est fait une ampoule en maniant son fouet.

        Et à propos de victimes, je vous invite à lire le parcours standard qui les attend http://www.manifestedes30.com/le-calvaire-des-victimes-du-mediator/

        Quand à la soi-disant dizaine de cas qui resteraient à régler, il s’agit de l’Oniam. Au civil, les avocats de Servier se battent bec et ongle contre les victimes les plus touchées, et les dossiers non réglés sont nombreux, comme indiqué sur le site de Servier.
        http://www.manifestedes30.com/wp-content/uploads/Google-ChromeScreenSnapz017.png

        Personne n’empêche le groupe Servier de se défendre, nous lui demandons juste un peu de respect et de compassion pour les victimes. Si par hasard vous connaissez des gens dans cette société, je serais curieux de savoir à combien se montent les indemnités cumulées jusqu’à aujourd’hui.

        Enfin, vous parlez de « procès public » de « lynchage ». Je ne sais pas où vous avez trouvé cela sur notre site. Notre action
        – S’appuie uniquement sur les chefs de mise en examen, sans prétendre bien sûr à une culpabilité définitive.
        – Demande au groupe Servier de se comportet humainement avec les victimes, ce qui n’est pas la cas comme tout le monde peut le constater.
        – Demande aux médecins de s’éloigner des financements Servier tant que le procès pénal n’est pas terminé.

        Je veux bien débattre avec vous puisque vous semblez finalement maîtriser la médecine, mais j’aimerais bien savoir pour qui vous « roulez ».

        Si vous souhaitez continuer à échanger, merci de le faire sous ce message et de ne pas ouvrir de nouveau fil de discussion. J’ai déplacé votre message posté ce jour.

        Répondre
    4. CHAFFARA

      E. CHAFFARA Médecin Néphrologue à PIERREDESCHAUMES

      C’est tellement facile de trouver que certains en font trop pour défendre les faibles contre les plus forts quand ces derniers sont injustes.
      Justement la nature nous le commande. c’est un devoir. il ne faudra pas attendre que ça nous arrive personnellement avant de réagir.
      La nature aime ceux qui oeuvrent pour la justice, ceux qui se battent pour les plus faibles sans attendre rien en retour.
      C’est le cas, quand on parle du combat contre le désastre sanitaire du médiator.
      De grâce l’heure n’est pas aux preuves. Elles existent sur toutes les formes y compris scientifiques.
      Si nous sommes incapable de ressentir les douleurs des victimes, inutile de les insulter…

      Répondre
  19. S. Kunz

    Deux personnes de mon entourage ont pris du MEDIATOR ; elles ne sont plus là pour témoigner : accidents cardiaques brutaux, à quarante et cinquante ans…
    Simple citoyenne, confrontée à de multiples autres cas d’accidents iatrogènes, je réponds évidemment à cet appel car, comme tant d’autres, je suis révoltée par le cynisme et la monstruosité d’un système qui pérennise les drames en toute impunité…

    PONDERAL de SERVIER : combien de morts et de vies brisées pour cette Fenfluramine oubliée ?
    AGREAL de SANOFI : combien d’existences dévastées par ce neuroleptique caché, ce MEDIATOR SANS MEDIA, retiré en 2007 après 28 ans de bons et loyaux sévices avalisés par les autorités sanitaires…?

    Après tant et tant de drames, médiatisés ou non, quand il ne reste plus personne pour croire sérieusement en l’éthique de l’industrie pharmaceutique et en l’indépendance des autorités sanitaires, je crois qu’il est effectivement urgent que le corps médical réagissent et interviennent concrètement pour restituer aux patients l’indispensable confiance qu’ils ont légitimement perdue.

    Quand on ose profaner un temple tel que celui de la Santé, que reste-il à espérer ? Que des millions d’IRENE FRACHON se lèvent, avec le même courage et la même intégrité, pour défendre, comme elle, une autre idée de la Dignité, de la Justice et de l’Humanité… Une autre idée de la Médecine qui, trop souvent désormais, semble avoir perdu son âme… Immense respect à vous, Docteur Frachon. Et courage à tous ceux qui vous suivront dans ce combat.

    Répondre
  20. occulti jean

    bonjour a tous, ma femme a pris du mediator pendant 7ans et elle est atteinte d une valvulopathie aortique et mitrale elle ne s en remet plus sans arrêt fatiguée au moindre effort, depuis plus de cinq maintenant sa vie s est arrétée a 53 ans ,servier a detruit nos vies .

    Répondre
  21. Nathalie

    Je « résiste » en demandant à mon médecin et à mon pharmacien de vérifier que les médicaments qui me sont prescrits n’ont rien à voir avec Servier. Sinon, je les boycotte. Plus jamais ça ! Merci à tous ceux qui restent vigilants !

    Répondre
    1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

      Je rappelle que l’incitation au boycott est illégale en France. Vous pouvez exprimer votre point de vue et décrire votre pratique, mais pas appeler d’autres à faire de même.

      Répondre
    1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

      Bonjour
      Claude Got est un signataire du manifeste, mais je ne comprends pas pourquoi vous postez l’adresse de sa page Facebook ?

      Répondre
  22. Boutron Françoise

    « Dominique », vous avez mis un lien pour « Version imprimable » des 2 pages du Manifeste des 30 .Merci pour les personnes
    non informatisées . A qui envoyer le soutien signé ? A vous, Docteur Dominique Dupagne , Responsable légal ? Merci . Françoise ;
    Docteur, non docte, en médecine, apprentie en informatique, née l’année de la mobilisation (1939)…

    Répondre
    1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

      Bonjour,
      Inutile de poster le papier signé. La version imprimable est uniquement destinée à la diffusion du manifeste.

      Répondre
  23. Kasri Sarah

    Ma maman a pris le mediator pendant près de 5ans et déjà atteinte d’une valvulopathie. Face à la lourdeur administrative et la force du colosse nous n’avons pas engagé de démarches…. Toutefois Merci à Mme Frachon pour le combat qu’elle mène au nom de tous les patients sans relâche.

    Répondre
  24. Alain

    Tout mon soutien aux victimes et à leurs familles !!!! J’espère qu’ils obtiendront rapidement une juste indemnisation.
    Quand je pense que le procès au pénal aura lieu en 2018. Quelle honte! On dirait que cet industriel pousse le cynisme jusqu’à retarder les procédures pour attendre la mort de ses victimes, c’est inqualifiable.
    Au passage silence assourdissant du coté de nos politiques de tous bords. Quand on compare au buzz sur l’affaire DSK no comment….
    L’Etat devrait avoir les moyens de nationaliser sans indemnités cette société. On l’avait fait pour RENAULT en 45 et pourtant il n’avait tué personne.
    La vie humaine doit passer avant les bénéfices, une société qui n’intègre pas cette dimension est une société en danger.
    Je voudrais rendre hommage a Madame Frachon qui au départ s’est opposée seule a cette puissance financière, j’imagine les pressions dont elle fait l’objet…
    Côté presse on est aussi très discret. Bizarre. Hier sur Canal + une victime a expliqué que des médecins sont payés par Sevier pour faire des contre expertises et qu’elle a été harcelée par ces gens là. C’est désespérant pour la médecine française.

    Répondre
      1. Alain

        Vous avez raison, la presse en parle, ce que je voulais dire c’est que j’aimerais que ce drame humain fasse plus souvent la une du 20h des grandes chaines, comme cela fut le cas pour DSK , Cahuzac, etc… C’est cela qui aura de l’impact vis à vis de Servier
        Bonne initiative de T. Ardisson hier soir d’inviter Mme Frachon et une victime.

        Je ne demande à personne de faire comme moi mais dorénavant je me renseignerai sur les médicaments qui me sont prescrits et j’en éviterai certains……
        Encore bravo pour votre initiative, c’est important pour notre démocratie.

        Répondre
  25. Dominique

    Une spécialiste courageuse, lucide, indépendante face à des médecins depuis 1993 qui se sont tu pour mieux profiter des effets financiers en conférences payés par ce laboratoire de la honte mais qu’est devenu le traitement médical et les complicités qui l’anime ? Doit-on aller voir le médecin la peur au ventre et éteindre la relation de confiance qui doit naturellement être au coeur de nos rapports avec la science nous les ignorants et innocents de ce milieu opaque ?

    Répondre
  26. kremer

    Respect et Merci à I. Frachon et à ceux qui se battent à ses côtés.
    Respect aussi à tous ceux qui refusent de vendre leur âme au diable.

    Répondre
  27. SIRVENT

    C’est révoltant. Ma regrettée épouse , décédée voici maintenant 13 ans , a également été victime du sang contaminé , autre scandale.
    Je suis de tout coeur avec vous et bravo à Madame FRACHON pour l’énergie consacrée à ce SCANDALE .
    Cordialement.

    Répondre
  28. TEFFAUD Patrice

    j’ai signé ce manifeste car je fais partie de ces personnes révoltées face à l’avidité de ce laboratoire qui sacrifie des vies humaines pour s’enrichir . SERVIER ment avec l’appui de médecins et d’avocats qui cèdent face aux sirènes du profit immédiat, au mépris des victimes superbement méprisées dans le plus grand des cynismes de certains lâches. J’ai mal à ma médecine, à mon pays et surtout pour les victimes.
    Bravo, courage et Merci MME FRACHON.

    Répondre
  29. LAUMAY marie-Jeanne

    Infirmière hospitalière retraitée, je sais que tout médicament est un poison potentiel ;j’en accepte le risque si je suis informée objectivement des effets délétères et si ces effets secondaires ne sont pas disproportionnés au bénéfice espéré. J’ai moi-même développé une myopathie avec myolyse suite à une prise de médicament et j’ai dû reconsidérer mon projet de vie suite à cet « incident thérapeutique » . Ma connaissance des médicaments m’a heureusement fait stopper le traitement aux premiers symptomes et alerter le médecin qui me l’avait prescrit, ce qui me permet aujourd’hui d’être encore autonome , et relativement active…et vigilante avec les traitements que l’on me prescrit .
    J’ai beaucoup d’admiration et de respect pour Madame Frachon, courageuse et tenace . Connaissant bien le milieu médical et hospitalier, je me doute que son combat n’a pas dû être facile tous les jours face aux petites lâchetés, à l’omerta qui y règne souvent .

    Si au moins ce scandale mettait un terme à l’inféodation du corps médical aux labos pharmaceutiques , et faisait prendre conscience que la formation des médecins devrait être refondue, et surtout devenir indépendante. Je ne parle même pas des instances sanitaires, qui montrent bien trop de complaisance dans ces affaires ; il ne suffit pas de changer les noms de ces instances, mais de politique , en refusant tout conflit d’intérêt pour les experts concernés. Tous ces petits arrangements deviennent insupportables, puisque la santé des citoyens est en jeu…et les dépenses de santé qui flambent ;
    Après les scandales du vioxx, de la cérivastatine , de l’isoméride , du médiator et d’autres, les grands labos à qui on doit des avancées considérables s’honoreraient de savoir reconnaître leur responsabilité et de les assumer. Ils oublient qu’ils participent de la Santé des citoyens, et que leur rôle ne se cantonne pas à accumuler les royalties ! A cause de leur manque de transparence et d’honnêteté intellectuelle, les citoyens ne font plus confiance à la médecine traditionnelle, et certains la désertent pour le charlatanisme .
    Quant aux prescripteurs, ils devraient se souvenir du « primum, non nocere », et surtout revenir à ce qui fait le fondement de la Médecine : c’est une science Humaine et sociale avant tout ,et l’écoute et un minimum d’empathie sont souvent plus efficace que les gélules et les comprimés.

    Répondre
  30. AUTHIER Jean-François

    8 ans de Médiator je n’ai pas encore compris pourquoi pas de diabète pas de surpoids juste un peu de cholestérol et triglycérides 8 ans !
    depuis l’arrêt de ce médicament « miracle » prise de poids, problèmes de tension, pulmonaires. souffle cardiaque etc…Devant l’accueil des hôpitaux, l’incompréhension générale j’ai jeté l’éponge m’ en remettant au destin merci SERVIER

    Répondre
  31. luciane B

    je suis une victime aussi des médicaments ,non pas du médiator mais de l’agréal (neuroleptique caché ) du laboratoire Sanofi prescrit avant son retrait en 2007 pour les bouffées de chaleur
    celui ci prescrit en continu pendant 6 ans m’a donné des maladies neurologiques (début de parkinson reconnu par un professeur en neurologie en 2008 )aujourd’hui je n’ai plus de vie
    je soutiens toutes les victimes du médiator et merci à madame Iréne Frachon ,aux professionnels de la santé qui la soutiennent dans ce combat contre Servier

    Répondre
  32. Ourale55

    Victime de l’Agréal, j’ai perdu mon emploi et j’ai ma vie de femme fichue en l’air … Mon médecin du moment, a abusé des doses pour moi et ma pharmacienne n’a rien dit …
    J’ai eu le Médiator pour le Diabète et aussi pour me faire maigrir … j’espère ne pas avoir de surprise à l’avenir !
    Vouloir attaquer son médecin est très difficile et un laboratoire encore plus !

    Répondre
  33. Dominick

    Ni médecin, ni scientifique, ni même malade… Je ne suis qu’un banal citoyen, sensible et honnête, écœuré par la pitoyable stratégie de Servier et l’incapacité des « autorités » à contraire ce laboratoire à assumer ses responsabilités !
    Je tiens à témoigner ma réelle admiration et mon total soutien à Irène Frachon.
    Pugnace, fédératrice et courageuse, cette femme admirable mérite la reconnaissance de tous, victimes, patients, familles ou anonymes, elle se bat vaillamment pour une noble cause !
    J’espère qu’avec ses nouveaux alliés signataires du manifeste et notre modeste appui, elle parviendra à faire plier le géant pharmaceutique récalcitrant…
    Une pensée émue aux « victimes » à qui je souhaite le meilleur.

    Répondre
  34. jc

    quel professionnel de sante ne ferait pas un lien au niveau de la famille de molecule du mediator avec celle d isomeride supprime pour cause d hypertension pulmonaire.a signaler pour les igorants que les pharmaciens obeissent aux medecins et eux memes aux laboratoires moyennant des repas et voyages auxquels ne participent pas les pharmaciens.

    Répondre
  35. Gabrielle GRAIC

    Infirmière hospitalière en diabétologie ,j’ai donné du médiator sur prescriptions à de nombreux patients…Hélas nos médecins ne savaient pas tout des effets secondaires à long terme .L’union fait la force et face aux procédés judiciaires scandaleux et écoeurants de SERVIER et ses dirigeants,je ne vois que 2 solutions:
    1) : le boycott par les consommateurs des produits Servier et BIOGARAN (filiale générique très diffusé),d’autres existent.
    2) :que nos médecins arrêtent toute implication avec ce Laboratoire

    Diffusez ,via les réseaux sociaux,formidable outil pour cette union ,ce message
    D’autres patients vont continuer à voir apparaitre ce terrible préjudice

    Merci

    Répondre
    1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

      Je rappelle que l’appel au boycott est illégal en France, vous n’émettez ici qu’une opinion personnelle.

      Répondre
  36. Bernard Olivier

    Comment est-il possible que le Labo « Servier » se soit vu confié la gestion des médicaments génériques vendus en France au travers l’entreprise « Biogaran » ? (Filiale 100% du Labo « Servier »).

    Bien sûr nous devons encore ce scandale à nous hommes politiques, Grand Maître de la compromission et de la fausse facture.
    Tous nos omniscients doivent se réveiller comme au Canada.

    Répondre
  37. dominique klepper

    Je soutiens les victimes et approuve le manifeste. Je suis choqué par les soutiens dont bénéficie le laboratoire Servier.

    Répondre
  38. Emilie

    J ai comme beaucoup été amené à utiliser ce médicament sans connaitre sa nocivité bien entendu …
    J espère ne pas faire partie de la liste des futurs malades, et je souhaite beaucoup de courage à tous
    ceux qui se battent pour que justice soit faite.

    Répondre
  39. JOGUET

    Période propice où lacupidité et le cynisme sont parfaitement solubles sous bon nombre des calots verts qui se graissent largement, au prétexte de leur exclusive instruction scientifique à pouvoir soigner le petit bonhomme de Peuple qui ose encore prétendre à euh.. La Fraternité. Et pourquoi pas l’Egalité encore! N’a-t-il pas la liberté d’aller se faire soigner à grands coups de dépassements d’honoraires dans nos modernes cliniques privées. Rappelez moi les critères de sélection pour accéder à la formation des médecins dans le cadre de l’hôpital public… ou ce qu’il en reste. Ah remettre l’enveloppe du dépassement au chirurgien qui va me réparer l’épaule. Et c’est moi qui avait honte! Servier, c’est la même logique poussée encore plus loin.

    Répondre
  40. THEAU Daniel

    médecin-pédiatre, je trouve que les termes du manifeste sont justes. Laissons l’institution judiciaire, avec sa grande lenteur statuer. L’attitude du Laboratoire est à l’évidence contraire à l’éthique. La réaction visant à améliorer l’Agence du Médicament me semble avoir été organisée dans de bonnes conditions. A mon sens, il reste quelque chose à améliorer côté médecins (beaucoup des victimes semblent l’avoir été suite à des prescriptions hors AMM), les pharmaciens exercent un contrôle (posologies, associations contre-indiquées de médicaments) mais la prise parallèle d’un autre traitement peut être ignorée du prescripteur et du pharmacien et aucun contrôle de la cohérence entre diagnostic posé et traitement prescrit ne peut être exercé, au profit de la confidentialité mais aux dépens de la sécurité

    Répondre
  41. broceliandre

    il ne faut pas aller très loin pour constater que tout va encore très bien entre les labos et les médecins certains de nos confrères vont passer une petit week-end sur l’île de Sein payés par un labo donc par la sécu eh bie je voudrais que leur noms soient rendus public ! Comment le conseil de l’ordre peut il tolérer ca ?? C’est magique la sécu paie les médicaments au labo et paie aussi leur relations publiques c’est merveilleu!!! Ca va s’arrêter quand ??? Jamais je n’accepterai ce type d’invitations débiles et choquantes .comment des confrères peuvent ils accepter cette mascarade ils n’ont pas les moyens de se payer un petit weekend sur nos îles sans taper les labos ?? Et ce n’est pas servier le télégramme de Brest devrait aller faire un saut la bas tiens !!

    Répondre
  42. courbet

    Je suis IADE inactif sédentaire(retraite sans camping car).Après avoir lu les deux articles,dont celui que vous avez coécrit avec le PR BERTHOU (bravo monsieur pour l’organisation du trail du CONQUET);je vous adresse ces quelques mots.Ils ne vous feront pas gagner mais bon!!! »du coup »(Télégramme du 09/09/2015) j espère. que le pot de terre,mais en faïence de QUIMPER aura le dessus sur le pot de fer (en platine) et que je pourrait féliciter le cardiologue jogger. Bien respectueusement. F.C

    Répondre
  43. karine degardin

    moi je l’ai pris j’ai deux valves d abimée valve aortique mitrale avec fuite
    hypertension arterielle pulmonaire je dort 15 h par jours toujours fatiguer du matin au soir quel vie

    Répondre
  44. Le Velly chantal

    J’ai pris du médiator pendant de nombreuses années en tant que coup faim
    Aujourd’hui de suis fatiguée , peut être est-ce du à ça ou à des problèmes de santé suite à deux cancer.
    Maintenant je suis méfiante en ce qui concerne tous les médicaments que l’on me prescrit
    Je soutien votre combat et j’espère qu’un jour la justice sera du côté des malades

    Répondre
  45. NICOLLET

    J’ai PRIS PENDANT DES ANNEES du médiator..et j’estime obtenir une indemnisation pour » tromperie aggravée..et mensongère ».Pourquoi la justice mais aussi longtemps à indemnisée les victimes ? il faut vraiment se poser des questions….Servier en a bien profiter et a rendu des personnes malade ,certains en sont morts…Le gouvernement ?

    Répondre
  46. Aurore Machou

    Bonjour,

    Ma maman a pris du Mediator pendant plus de 15 ans à raison de 3 par jour. En 2007, elle a été opéré à cœur ouvert et donc maintenant « vit » avec 2 valves mécaniques (mitrale et aortique) et la tricuspidienne fuit… Elle n’a jamais eu de soucis auparavant niveau cardiaque mais les avocats adverses lui trouvent toutes les excuses possibles pour ne pas l’indemniser… Bientôt ça va être la faute à la prise de Doliprane ou d’avoir éternuer trop fort qui va être la cause de ses problèmes cardiaques. Je me bas depuis avec elle pour faire valoir le manquement de jugeote, et la condamnation de Servier qui tuait délibérément les patients. Mais j’ai l’impression que c’est peine perdue… Le laboratoire retombe toujours sur ses pattes… Peu à peu elle perd pied car se retrouver sans cesse devant l’échec la tue… J’avais 22 ans quand j’ai cru perdre ma maman… Je crois que c’est un peu ce qu’il s’est passé… Depuis elle n’est plus la même… J’en ai bientôt 30 et je ne lâcherai en rien le fait aussi que ce laboratoire de malheur m’a volé une partie de ma maman…

    Merci pour tous les gens qui sont derrière et qui aident à une évolution positive <3

    Répondre
  47. PHARMACIE

    Je viens de signer le manifeste car je suis entièrement d’accord avec les signataires. C’est un bon rappel d’une situation qui n’a pas changé depuis l’éclatement de l’affaire. N’acceptant pas l’attitude de Servier depuis le début, A LA PHARMACIE JE REFUSE LES MEDICAMENTS provenant de leur laboratoire y compris BIOGARAN qui commercialise les génériques

    Répondre
      1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

        Bonjour,
        Je demande à PHARMACIE de ne pas accéder à votre demande qui s’apparenterait malheureusement à une publicité.

        Répondre
        1. Efesto

          Faudrait aussi dire qu’une pharmacie n’a pas le droit d’avoir une telle attitude !
          On pourrait penser, par exemple, qu’elle touche aussi des « pourboires » des (autres) labos pour vendre telle ou telle marque… mais chut, cela personne n’en parle 🙂

          Répondre
          1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

            Une pharmacie a parfaitement le droit de choisir les fabricants de génériques avec lesquels elle travaille, notamment dans le cadre d’accords commerciaux.

          2. Efesto

            Et donc… du copinage… et des marges arrières éventuelles…
            l’éthique encore et encore…
            Ils ont aussi obligation, à la demande d’un client, de lui fournir le générique de la marque demandée !
            Ce que personnellement, je m’efforce de faire pour un traitement pour lequel on prétend que les adjuvents sont les mêmes alors que ce n’est pas vrai…

          3. Efesto

            Non je suis juste un citoyen lambda qui en marre des « on dit » et des copinages en tous genres.
            Et surtout du pseudo travail de journalistes qui ne creusent jamais l’information et donne des informations déformées à la population pour faire du buzz

  48. BOIREAU ERNESTO

    je suis maintenant en retraite et j’ai pris pratiquement pendant dix ans du médiator a raison de trois par jour et après des examens on a décelé des fuites aux valves de grades 2 je suis rapproché de l’ONIAM et la conclusion des experts que ceci ne rentrait pas dans les maladies indemnisables et aujourd’hui je porte une prothèse aortique donc ras le bol de ces collèges d’experts a la botte de servier

    Répondre
    1. Frachon

      Bonjour Monsieur,

      En effet, un nombre important de demandes ont été rejetées à tort parce que les connaissances scientifiques à propos de ces valvulopathies médicamenteuses n’étaient pas encore complètement établies et publiées. Nous avons alerté la ministre de la santé de l’évolution des connaissances rendant nécessaire la possibilité pour le collège d’experts de réexaminer certains dossiers. Cette possibilité de rééxamen sera possible après le vote de la loi santé (cet automne) et votre dossier pourra être revu et j’espère dans un sens ouvrant droit à une indemnisation. Ne perdez donc pas espoir de voir un jour votre préjudice reconnu.
      Bien à vous et Haut les cœurs !
      Irène Frachon

      Répondre
  49. Nathalie

    Je suis infirmière et remercie Mme FRACHON ,femme engagée !Cela rassure de voir qu’il y a du personnel soignant qui se bat ,s’engage pour ses patients (et nous tous),qui ose avoir un esprit critique surtout face à des grands laboratoires qui sont prêts à tout pour faire du profit !
    Ras le bol de cette société de consommation y compris dans le médical ,des médecins comme cela ,il en faudrait plus !Osez dire non !Merci aux autres médecins qui la soutiennent ,merci d’avoir encore des médecins comme vous .
    Une infirmière en colère!

    Répondre
  50. LB

    J’ai oublier de préciser que nous consommateurs pouvons aider nos supers médecins à rompre leurs liens avec les laboratoires incriminés en leur précisant que nous ne voulons pas de médicaments fabriqués par Servier et ses filiales…. Pareille chez le pharmacien en cas d’automédication….
    Je pratique cela depuis 2010 et je vous assure ça marche très bien !!!
    Patients-consommateurs nous avons le pouvoir du porte monnaies : servons nous en !

    Répondre
    1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

      Bonsoir,
      Je rappelle qu’en France, l’incitation au boycott d’un produit commercial est un délit. Merci de ne pas poster de message pouvant être assimilé à un appel au boycott.

      Répondre
  51. LB

    Je salue grandement votre initiative !!! Merci à la lanceuse d’alerte, Irène FRACHON, et aux personnes qui la soutiennent.

    Cette pétition participe incontestablement à la stratégie des familles de victimes et des victimes vivantes de ne pas se coucher devant les laboratoires Servier et de dénoncer leurs pratiques insultantes et cruelles.

    Les conflits d’intérêts existants entre les médecins et l’industrie pharmaceutique, et plus particulièrement avec les laboratoires Servier, menacent effectivement l’intégrité et la dignité de nombreux de nos concitoyens : une prise de conscience des médecins est nécessaire,

    Les principes fondamentaux de la déontologie médicale doivent primer sur l’intérêt personnel de chaque médecin.

    La relation de confiance entre le médecin et son patient en dépens !

    Répondre
  52. COSTANTINI Pierre

    Retraité de la M.S.A. ,j’ai pris du Mediator sur prescription médicale de 2002 à 2009.Depuis je suis essoufflé et fatigué en permanence et ne peut même plus cultiver mon jardin.Mais aucune HTA pulmonaire ,ni valvulopathie ( à l’exception d’une légère fuite aortique..) n’ont été détectées et je fais partie de ces millions de victimes  » fantômes » réduites au silence de leur douleur qui ne pourront vraisemblablement jamais établir de causalité avec la prise de ce poison.Les junkies de l’ombre du Mediator,les sans droits de ce Tchernobyl pharmaceutique funeste.
    Merci Mme FRECHON pour votre courage et votre acharnement,vous êtes notre Madonne.

    Répondre
    1. NICOLLET FRANCOISE

      Bravo Costantini Pierre moi de même je suis essoufflé depuis 6 ans…heureusement aucune maladie.. mais une honte de ne pas être indeminisée POUR TROMPERIE AGRAVEE ET MENSONGERE…. que fais la justice c’est a se poser des questions?????

      Répondre
      1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

        Bonjour
        La rigueur nécessaire dans ce dossier me conduit à rappeler que les chefs de mise en examen : « tromperie aggravée avec mise en danger de l’homme”, “escroquerie”, “homicides et blessures involontaires”, “trafic d’influence et prise illégale d’intérêts” résultant de l’expertise pénale ne correspondant pas pour l’instant à des condamnations, ils ne doivent pas être présentés comme tels du fait de la présomption d’innocence.

        Répondre
  53. BoURGAULT

    Très terre à terre mon commentaire.
    C’est très bien de signer après les Trente, mieux encore il faut « relayer  » sans cesse et relancer, on trouve toujours prétexte à reporter à plus tard. Les retraités nous avons le temps !

    Répondre
  54. PAIN

    Il faut que cette profession soit plus éthique et quelle signe des chartes de déontologie, dans ma profession, on doit signer plusieurs fois par an des documents comme quoi, on ne donne pas des avantages en nature pour avoir des marchés. Dans le monde médical, on est très loin de cette démarche. Il faut tous les médecins refusent tout avantage en nature, comme les pseudos congrès, symposium etc dans des pays exotiques et même en Europe qui ne sont que de la pub des laboratoires. Sinon la défiance de la médecine par le grand public va devenir de plus en plus important, l’Internet est là et les infos passent très vite. La pub des labos ne pourras pas lutter contre ce phénomène de l’Internet. Les émissions sur la santé sur les médias audiovisuelles devraient s’engager clairement pour être crédibles et avoir souvent des débats contradictoires sur les différents problèmes, sinon elles resteront uniquement pour les personnes qui ne regardent que la télé, c’est peut être ce public que visent ces émissions, mais la prochaine génération, qui est déjà là, a accès à Internet, ça seras la fin des mauvaises pubs et de ce genre d’émissions à parti pris.

    Répondre
    1. cazales

      Bonjour pour une fois je lis quelque chose d’objectif sur cette affaire et de plus c’est dit par un professionnel de santé L’attaque frontale que porte madame Frachon contre servier manque totalement d’objectivité .On ne cesse de nous dire que’le médecin est la seule personne capable de prescrire un médicament car soit disant il serait l seule à le connaitre à la fois sur le plan pharmacologique ,thérapeutique et bien sûr aussi des effets secondaires .Le médiator chacun sait qu’il s’agit d’un cousin de l’isoméride qui avait été retiré du marché ;Je dis tout cela parce que cela m’amène une réflexion sur les responsabilités dans l’affaire du médiator :ceux sont les médecins qui ont prescrit et bien souvent hors AMM donc leur responsabilité est importante dans cette affaire .Parallelement le médiator a obtenu son AMM donc c’est la commission d’AMM qui devrait aussi être mise en cause .Bien sûr cela ne disculpe pas le laboratoire Servier si il est démontré que ses études cliniques ont été biaisées.J’ai travaillé longtemps dans l’industrie pharmaceutique et je sais bien que nous sommes accusés de tous les maux mais je pense avoir toujours été honnête dans mon discours auprès du corps médical mais ce que je déplore c’est que ce dernier ne s’intéresse que peu à la pharmacologie si bien que les discours finit par n’être que commercial.Je réagis à la position d’Irène Frachon qui ne veut donner qu’un éclairage à cette affaire comme si elle voulait maintenir une omerta sur le corps médical( ‘oui le corps médical fait aussi des erreurs dans ses prescriptions cf les statistiques du nombre de morts par erreur de prescription ou mauvaise association thérapeutique).Dommage que tout ceci ne puisse pas lui être dit directement!

      Répondre
  55. Don Quichotte

    Je dois dire que je ne suis pas de ceux qui appelleront au boycott, en revanche je ne prescris aucun médicament des laboratoires Servier, pour deux raisons essentielles :
    – Je n’en n’ai aucun besoin pour prendre en charge mes patients, si un jour cette entreprise proposait un médicament essentiel, je l’évaluerais et deciderais en conséquence. Cela dit il n’y en ajamais eu un seul.
    – La seconde raison étant que puisqu’absolument aucun médicament n’est indipensable je crois qu’au vu de la situation Médiator qui suivait l’Isomeride…il serait irresponsable qu’une de mes prescriptions soutienne ce « laboratoire ».

    Ceci dit même si cette entreprise a dissimulké, trompé joué sur l’ambiguité, comment pouvait’on prescrire ces produitss en ignorant leur apparrtenace pharmacologique ? je ne suis pas un pharmaco de pointe, mais je connais cette classe de produits…

    comment peut on céder au discours faible et promoteur que les laboratoires font ingurgiter à leurs visiteurs ? Pourquoi céder aux demandes de certains patients ? Tout médecin sait ce dont il s’agissait et de trop nombreux ont prescrit. Même dans son indication chez le diabetique IMC > 30 je crois jamais je n’aurais prescrit. Et pour tout vous dire je l’ai même sorti 3 fois d’ordonnance de patients nomades. je ne cherche qu’à alerter et appeler à un peu de vigilance, ceux qui ont prescrit sciemment dans l’obésité ou surcharge pondérale ont commis des erreurs. Les laboratoires ont apporté des médicaments majeurs vitaux ou essentiels au quotidien mais leur méthode et leur pression nous dépassent, nous sommes fragiles face à eux alors protégeons nous, formons nous (mais comment ?) lisons Prescrire au moins !! Regardez ce que diasait cette revue sur Médiator !

    Le pouvoir des pharma est énorme, même les caisses cèdent au chant de sirènes,, vous avez vu le dernier truc de Glaxo cette fois, qui financent certaines caisses ou ARS pour analyser la couverture vaccinale sur nos lieux d’exercice ? Eh bien les pouvoirs pubics si vite redresseurs de tort n’ont aucun problèème à gérer un tel conflit d’intérêts avec un laboratoire qui domine le marché du vaccin et qui soutient financierement la sécu pour augmenter ses ventes sous l’étiquette vertueuse d’améliorer la couverture vacccinale. La CPAM n’hhésite pas à nous rappeler à l’ordre. Eh bien je suis prêt a signer une pétition pour que cette collaboration cesse immédiatement.. Mes amitiés à Irène Frachon et avec tout le respect que sa démarche m’a inspiré je lui conseillerais de s’éloigner un peu des spot lights, c’est trop maintenant et à la faire intervenir sur tout sur tous les plateaux elle discrédite son combat en semblant servir un égo malvenu qui tôt ou tard nnuira à sa thèse..

    Répondre
    1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

      Bonsoir
      Votre dernière phrase sur Irène Frachon est curieuse. Ni son nom, ni sa photo, ne figurent sur la page d’accueil du site. Elle s’est donc faite discrète, mais il se trouve que ce sont les médias qui la veulent, elle !

      Répondre
      1. Don Quichotte

        je ne parlais pas votre site particulièrement mais de sa surexposition dans les médias de tous poils et sur des tables rondes de manière générale qui finissent par discréditer ses prises de position par usure et laissent le premier plan a sa personne.

        Répondre
        1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

          OK, je comprends. Vous voulez dire « un peu comme Gandhi, Mère Teresa ou L’Abbé Pierre, ces gens qui nous ont saoûlés à force de défendre la cause des opprimés ou des malades » C’est vrai que c’est pénible ces gens qui se consacrent entièrement à une cause qui ne leur rapporte que des ennuis.

          Mais vous avez raison. Apprenant que les victimes du Mediator sont maltraitées par SERVIER et que ce labo continue à financer certains congrès, Irène aurait mieux fait d’aller à la pêche aux palourdes…

          Répondre
          1. Don Quichotte

            j’ai beaucoup de respect pour madame Frachon, mais je fais une différence avec Gandhi Jean Moulin l’abbé Pierre … Je dis seulement qu’elle n’est plus audible c’est ainsi. Quant au congrès Servier, cela n’est pas interdit et si nous voulions y mettre un terme eh bien c’est infiniment simple vous voulez savoir comment ? Il suffirait que quelques centaines de confrères et consœur refusent les invitations et n’y participent pas Poirquoi des centaines d’être nous mangent ils la soupe ? Ou dans la main du laboratoire du bon défunt docteur Servier ? Parceque la soupe est bonne sans doute. La balle est chez nous et la meilleure solidarité avec madame Frachon est de mettre un terme à ces comportements de tartuffe. Je pense que vous comme moi n’iront jamais n’y sont jamais allés et je ne reçois plus les visiteurs de Servier ni de glaxo tant qu’ils continueront à financer les caisses pour cliquer les Médecins et les petites soirées et les sympos et les congrès bidons jamais ! Passons nous le mot d’ordre… Je ne voudrais pas qu’Irène Frachon finisse comme les ineffables professeurs Even et Debré bien Amicalement

  56. Raugel

    Bonjour,
    J’ai vainement essayé d’imprimer en pdf le manifeste pour l’envoyer à des amis et le conserver pour une lecture ultérieure avec la fonction impression de Firefox, puis avec le module « Print Friendly »: à chaque fois Firefox se figeait.
    J’aurais semble-t-il pu imprimer le manifeste avec Chrome à condition que j’accepte d’imprimer en même temps les 147 pages de la liste des signataires. Dès que je voulais ne sélectionner que le Manifeste et la liste des « trente », Chrome se figeait.
    Je ne rencontre que très rarement ce type de problème et mes logiciels ou extensions sont maniaquement mis à jour au jour le jour.
    Mon SE est Windows 8.1.
    PS1: Je ne considérerai pas comme une censure le fait de ne pas publier mon commentaire.si vous le jugez inutile.
    PS2: Félicitation pour votre Manifeste (que j’ai pu signer sans rencontrer de problème technique)

    Répondre
    1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

      Je ne connais Irène Frachon que depuis qu’elle m’a cité dans son livre, car j’avais écris cela en 2003 : http://www.atoute.org/dcforum/DCForumID17/211.html#1

      Nous nous sommes ensuite rencontrés et appréciés mutuellement. J’ai utilisé mon expérience du web pour la défendre quand elle a subi des attaques coordonnées sur les réseaux sociaux. J’ai toujours été très impressionné par son courage et sa détermination. Cela fait 15 ans que je m’attaque aux lobbies, mais je m’étais imposé trois limitations, parce que je craignais pour ma famille : les corses, SERVIER et la CEGEDIM.

      Clairement, alors que je suis réputé ne pas avoir froid aux yeux, je n’aurais pas osé faire ce qu’elle a fait et m’attaquer à ce groupe. Quand on a, comme moi, reçu les enquêteurs de SERVIER pour des amis qui postulaient dans cette entreprise, on se rend compte qu’il s’agit d’une entreprise vraiment à part.

      J’ai en fait un lien avec Jacques Servier : proche de ma grand-mère, il m’a babysitté quand j’étais bébé 🙂

      Répondre
  57. Didier Sarrazin

    Sans penser être naïf, je croyais que le souci d’une bonne image et d’une bonne réputation commerciale nous protégeait de certaines dérives. Même pas. Je suis écœuré. Et inquiet.

    Répondre
  58. Collé Séraphin

    Belle initiative mais où sont les femmes?
    A part le Dr Beaumanoir et Jaddo aucune n’est visible? Et encore Jaddo est une bloggueuse qui s’exprime sous une pseudo et avec un avatar. Je respecte ce désir d’anonymat mais je me demande pourquoi la parité même relative n’est pas présente.
    Est-ce que ce n’est pas desservir la cause des victimes du MÉDIATOR qui sont souvent des femmes ? Est-ce qu’il ne faudra pas faire aussi le procès d’une société sexiste qui est obnubilé par l’image du corps?
    A vos réflexions…

    Répondre
    1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

      Bonjour Séraphin
      Nous avons déjà été interpellé à ce sujet, mais aussi sur des gens qui ne devraient pas être dans la liste, où qui devraient y être et qui n’y sont pas.

      Ce manifeste n’est pas destiné à afficher un échantillon représentatif d’une quelconque communauté. Il est destiné à montrer qu’au delà des soignants concernés et des victimes, des personnalités marquantes de l’université, des sciences sociales ou de la vie civile n’acceptent ni que Servier n’assume pas ses responsabilités, ni que certaines institutions continuent leurs partenariats avec Servier comme si de rien n’était. Il est destiné à frapper les esprits et à être fortement médiatisé. Cet objectif a été atteint.

      Souvent, une parité artificielle masque un leadership masculin. Dans le cas précis, il s’agit d’une majorité d’hommes au service d’une femme et de nombreuses victimes féminines.

      Et surtout, cette liste a été bouclée en moins d’une semaine, en plein mois d’août…

      Répondre
      1. Arthémise

        Oui, c’est ça…
        Seuls les hommes ne prennent jamais de vacances, c’est bien connu !
        Quand aux femmes, elles n’ont pas de portables !
        Et ne parlons pas des jeunes qui sont sans domicile fixe !

        Votre argument est pour le moins symptomatique d’un profond dysfonctionnement dont vous ne semblez pas avoir conscience, ce qui m’étonne de votre part. Les yeux rivés sur les retombées presse, vous exultez et ne percevez pas le fond du problème : vous avez les signatures de ceux auxquels vous avez spontanément pensé, car ce sont vos pairs en communication enjoliveuse.

        Dites plutôt : seuls les opportunistes shootés aux médias (et les hommes mûrs le sont plus souvent, c’est de l’evidence based medicine) se jettent sur ce genre d’initiative qui nous englue de bonne conscience.

        Mais, comme le dit le proverbe africain, « quand on veut grimper au cocotier, il faut avoir le cul propre ». Précisez tous les conflits d’intérêts des uns et des autres, à l’échelle de leur déjà très longue existence professionnelle, et on reparle.

        Répondre
  59. Fabrice Curto

    Je tiens à remercier les dirigeants et décideurs de Servier, d’avoir réduit l’espérance de vie de ma mère d’une paire de décénies, de l’avoir mise dans un état qui a nécessité une hospitalisation en soins intensifs de plus de 3 semaines! à la suite de quoi un traitement à vie d’une lourdeur notable à dû être mis en place pour sa survie.

    Voilà maintenant longtemps qu’elle souffre au quotidien, elle qui avait, outre un simple excès de poids, une santé de fer.

    Merci et j’espère que le sort vous fera payer dans votre chair ce que vous avez fait à de trop nombreuses victimes. Je vous considère commme des assassins de masse, et l’état dorénavant complice doit changer de cap et ne pas se substituer à vous. J’en appelle au ministères de la santé et de la justice et de l’intérieur pour faire appliquer au plus vite autre chose qu’une parodie de justice pire encore une humiliation supplémentaire insoutenable.

    Répondre
    1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

      Bonjour
      Je compatis à votre colère, mais j’ai dû enlever un terme injurieux qui tombait sous le coup de la loi. J’ai également remplacé « Vous êtes des assassins », affirmation qu’il ne sera possible de livrer publiquement qu’après une condamnation pénale, par « je vous considère comme des assassins » qui est une opinion et qui n’est donc pas illégale. Je précise tout cela face aux interrogations de certains sur la modération du forum.
      Attention également au deuxième degré : « je vous remercie… » qui passe mal à l’écrit sur le web.

      Répondre
  60. Thomas Declercq

    Je suis pharmacien d’officine, et membre de l’Association Mieux Prescrire depuis 2013. J’ai délivré du Mediator°, comme beaucoup de pharmaciens et préparateurs à l’époque. Parmi nous, j’estime que beaucoup savaient que ce médicaments était utilisé comme « coupe-faim » pour maigrir, mais sans forcément mesurer les risques, notamment cardiaques.

    J’ai lu dans ce forum les commentaires de plusieurs personnes qui incriminent les médecins prescripteurs. Les prescripteurs ont une part de responsabilité, c’est certain. Mais dans la chaine de santé, les pharmaciens sont responsables de leur délivrance, les préparateurs aussi dans une certaine mesure. De nombreuses personnes sont responsables de ce scandale, moi y compris. Pourtant, en deuxième année de faculté, je me souviens d’une cours de chimie thérapeutique pendant lequel le professeur Daniel Lesieur a interrogé l’amphi après avoir parlé du Mediator°, pour savoir si ce médicament était toujours délivré. Nous lui avons répondu que oui, et il était surpris qu’un amphétaminique de ce type soit encore sur le marché. Peu d’entre nous ont saisi l’importance de ce « détail » du cours, il était pourtant crucial.

    Je lance un appel à tous les officinaux : devant la prescription d’un médicament qui vous semble trop dangereux pour le patient vis-à-vis du bénéfice escompté : réagissez ! Protéger le patient vis-à-vis du risque médicamenteux, c’est notre rôle, notre devoir. Un coup de fil au médecin, une discussion avec le patient, ça vaut le coup, même si ça parait parfois un effort surhumain.

    Répondre
    1. Thomas Declercq

      Pour être plus précis, j’ai omis de dater le cours de deuxième année de pharma en question : c’était en 2002.

      Répondre
  61. DURAND Michel

    Il faut une transparence totale pour l’ensemble des médecins et pour nos politiques!
    Michel Durand Rueil-Malmaison

    Répondre
  62. Bieth

     » SERVIER » passe par ses filiales , notamment BIOGARAN, pour commercialiser bon nombres de génériques, y compris les copies de ses propres molécules. Y faire référence me semble opportun.
    Médecin hospitalier sans lien ni conflits d.interets avec l’industrie pharmaceutique

    Répondre
    1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

      Oui, il existe d’ailleurs un onglet « SERVIER » sur le site pour présenter cette société. Mais attention, l’appel au boycott des produits d’une société est illégal en France. Merci de ne rien poster qui puisse être assimilé à une recommandation de ne plus prescrire de produits SERVIER (ou d’une de ses filiales).

      Répondre
  63. grimaldi

    Par curiosité et souci de transparence j’aimerais savoir pourquoi vous ne publiez pas tous les commentaires (respectueux s’entend..) le mien semble avoir été « censuré » merci me dire

    Répondre
    1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

      Bonjour
      Je publie tous les commentaires respectueux et qui ne sont pas hors-sujet. Je n’ai trouvé aucune trace du commentaire auquel vous faites allusion

      Répondre
  64. Gandais

    Je pense que le comportement de ce Labo???? se situe manifestement aux limites extrêmes de ce que devrait être l’Ethique. De plus j’ai énormément de difficultés à comprendre l’attitude des autorités compétentes. Enfin, j’assume ma position, je serais en faveur de la disparition des différents ordres qui chapotent nos professions dites libérales. Ils nuisent à la véritable responsabilité qui devrait être celle de notre exercice. Hommage à Hippocrate.

    Répondre
  65. MANGIN pierre

    bonjour pourquoi mon commentaire posté hier 28 aout 2015 n’as t il pas été publié? j’y indiquai qu’après avoir suivi un traitement de 5 ans de médiator je souffrais d’insuffisance respiratoire et que pour cela je remerciais ironiquement le laboratoire Servier pour le cadeau empoisonné.Les patients n’auraient-ils pas voix au chapitre?

    Répondre
    1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

      Bonjour,
      Vous avez juste posté un message pour indiquer que le Mediator vous avais provoqué une insuffisance respiratoire. Or, le Mediator ne donne pas (au moins directement) d’insuffisance respiratoire, mais soit une insuffisance cardiaque, soit une hypertension artérielle pulmonaire. Certes, cette dernière maladie donne un essoufflement, mais elle n’est pas classée dans les insuffisances respiratoires https://fr.wikipedia.org/wiki/Insuffisance_respiratoire

      Le fait que SERVIER scrute ce site et soit prêt à réagir me contraint à être très prudent.

      Répondre
      1. MANGIN pierre

        vous jouer sur les mots un essoufflement ne serait pas une insuffisance respiratoire:c’est de la chicanerie digne du docteur Knock !

        Répondre
  66. Dubrulle Berengere

    Comme le disait un ancien: « Science sans conscience n est que ruine de l’ame »
    Puisse ce manifeste faire réfléchir tous les scientifiques à l’application de cette sage maxime

    Répondre
  67. Salort Anne

    Pharmacien d’officine,quand a éclaté le scandale du Médiator, j’ai arrété immédiatement toute collaboration en direct avec le génériqueur Biogaran, propriété du laboratoire Servier, ma lettre envoyée à mr Servier était alors restée sans réponse.

    Je signe aujourd’hui car je suis toujours aussi indignée qu’un laboratoire ait eu l’incroyable audace de présenter un faux dossier pharmacologique d’un médicament pour obtenir le remboursement puis qu il ait continué la vente après les premiers décès sous Médiator !!!
    A l’époque sur la notice du Vidal, était indiqué « autre classe pharmacologique » et non  » amphétamine »…
    le dr Frachon avait dû batailler 18 mois à l’époque pour obtenir le véritable dossier pharmacologique qui explique la toxicité du Médiator .

    Les difficultés d indemnisation des victimes sont une raison de plus pour ajouter ma signature ce jour .

    Répondre
    1. Gérard

      Bonjour, ce n’est pas vraiment un commentaire mais plutôt une demande de méthode à suivre : mon médecin généraliste me prescrit depuis plusieurs années du Candesartan et « mon » pharmacien travaille avec un grossiste qui lui même travaille avec le fabricant de générique Biogaran , comment faire pour avoir du candesartan fabriqué par les labo. TEVA (par exemple)? ou un autre labo; mais je crois savoir que TEVA est en France.
      Salutations.

      Répondre
      1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

        Bonjour,
        Une pharmacien est libre de choisir les laboratoires de génériques avec lesquels il travaille, et vous êtes libre de choisir votre pharmacien.

        Répondre
        1. Gérard

          bonjour, comment avoir connaissance d’une officine travaillant avec un autre labo que Biogaran et se situant à une distance raisonnable de mon domicile ?
          existe-t’il un site (internet) permettant de savoir avec quel grossiste travaille une officine ? et quels sont les labo. fournisseurs de ce grossiste ?
          Un pharmacien est il tenu de délivrer une molécule fabriquée par le labo demandé par le patient ? ou celui ci est il obligé de demandé la molécule « non générique » avec la mention « non substituable » ?
          Salutations.
          Gérard

          Répondre
  68. Picquart Patricia

    j’ai voulu signer pour dire combien j’étais en colère contre le laboratoire qui n’a aucune reconnaissance envers les personnes…

    Répondre
  69. Dominique Dupagne Auteur de l’article

    Je découvre la signature de Jacques Dufresne (3265) avec beaucoup d’émotion. Cet immense philosophe Quebecois m’a beaucoup marqué, notamment par un article qui m’a fait découvrir l’hétérarchie il y a une dizaine d’année http://www.atoute.org/n/forum/showthread.php?t=147769

    Notre manifeste est d’ailleurs en lien avec l’hétérarchie, cette organisation sociale peu connue souvent assimilée (à tort) à l’anarchie. C’est l’union et la solidarité des faibles face à la force brutale des détenteurs de pouvoir. Et ça marche !

    Répondre
  70. Martine Brun

    Je m’associe à toutes les victimes du Médiator car je sais au combien, il est difficile de démontrer et de prouver la relation de cause à effet d’un effet indésirable d’un médicament. C’est un vrai parcours du combattant pour le malade.

    Je souhaiterais une nouvelle réglementation qui obligerait les médecins et les laboratoires à prouver que cet effet indésirable ne provient pas du médicament prescrit. Pourquoi ne pas inverser le paradigme comme cela a été fait pour les infections nosocomiales ?

    L’ouverture d’esprit n’est pas une fracture du crâne.

    Répondre
  71. Jean Pierre Vermot

    Diabétique, depuis début 2000, mon médecin m’ a prescrit du Mediator, lorsque j’ai consulter un endocrinologue il m’ a tout de suite supprimé ce médicament, inutile selon lui, j’ai échappé au pire.

    Je suis scandalisé par l’attitude de Servier et de ses sbires.

    Je boycotte les produits Servier et Biogaran qui est une de ses filiales

    Répondre
  72. Paqueriaud

    Le laboratoire Servier a t il produit un seul médicament qui ne soit pas une copie ou un seul médicament constituant un plus par rapport aux médicaments existants ? Servier était réputé surtout par le look disons provoquant de ses visiteuses médicales.
    Ancien médecin généraliste, gériatre hospitalier

    Répondre
  73. Docteur Maboule

    Bonjour. Apres 7 ans d etudes il me semble que les medecins prescripteurs du mediator pour une utilisation autre que la pathologie indiquée dans la notice ( par exemple comme coupe faim) devraient etre aussi poursuivis. Ce sont des professionnels capables de se forger une opinion sur un traitement et avec des valeurs morales leur interdisant d utiliser un medicament dans un autre contexte medical. Ils ont pris un risque en les prescrivant pour un usage detourné. Ils doivent aussi payer les pots cassés comme le laboratoire. Mais ca personne n en parle. Ou est l objectivité de Madame Frachon? On ne veut pas charger les confreres? La 8justice seule doit trancher. Ingenieur chimiste qui assume ses erreurs quand ils le faut contrairement aux medecins et au labo.

    Répondre
    1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

      Bonsoir,
      Pour se forger une opinion sur un produit, il faut au moins une information loyale sur sa composition et ses propriétés réelles. C’est ce qui a manqué aux prescripteurs. Je dis cela d’autant plus librement que je n’en ai jamais prescrit.

      Répondre
      1. vartan

        Je n’en ai jamais prescrit non plus et l’information était largement diffusée par la Revue Prescrire depuis des années.

        Aux médecins de chercher à s’informer sérieusement. Il y a plus de médecins qui reçoivent la visite médicale que d’abonnés à Prescrire. Il faut se réveiller, l’industrie pharmaceutique a essentiellement pour but de satisfaire ses actionnaires, aux médecins de trier sans complaisance, chacun son boulot.

        Répondre
        1. Didier Sarrazin

          Je ne suis absolument pas d’accord avec vous. Un fabricant de médicaments doit informer honnêtement les prescripteurs. S’il ne le fait pas, il engage sa responsabilité. Tant mieux si la revue a permis d’éviter des prescriptions, mais cela ne dédouane pas le laboratoire. Il y a quantité d’informations dans les revues et Internet, dans tous les sens, le fabricant est tenu d’informer lui-même sur ce qu’il produit. Il est quand même supposé connaître le médicament ! Et ce qu’il affirme l’engage. C’est trop facile de dire que l’information existait quelque part ailleurs.

          Répondre
          1. Vartan

            Effectivement, je suis d’accord avec vous.
            Cependant, nous ne vivons pas chez les Bisounours, il reste essentiellement à l’acheteur (Sécu, prescripteur, patient…) de s’assurer de l’innocuité d’un produit s’il veut être sûr de ne pas s’empoisonner.
            Reste qu’il est assez difficile et paradoxal de demander au fabricant d’être objectif sur le produit qu’il vend. C’est humain qu’il ait du mal. Arrêtons d’être naïfs.
            Le vrai problème reste que les pouvoir public (et les acheteurs sus-cités) préfèrent laisser le vendeur être juge et partie de son produit plutôt que financer de vrais études neutres et objectives garantissant l’intérêt d’un médicament. Economie qui n’en est plus une au final.

  74. Christiane Poidevin

    Certes, je n’ai pas les connaissances médicales pour, en quelque sorte, juger du bien-fondé de tout ce qui est dit dans ce manifeste. Par contre, j’ai une expérience personnelle et professionnelle de ce que peut être la dictature de la prescription, sans aucune écoute vraie du patient…et c’est incroyable comme il faut parfois l’être, patient, avec les médecins !
    Mes propos ne constituent en rien une mise en accusation, ce sont simplement des réflexions-questions qui n’ont rien d’original, hélas pourrait-on dire.
    Comment se fait-il que les médecins prescrivent avec une assurance à tout crin des médicaments dont il s’avèrent par la suite qu’ils ont des effets particulièrement délétères ? Certes, ils ne peuvent tout connaître, et il y a bien longtemps que j’expérimente que la médecine n’est pas une science exacte ! Mais pourquoi les médecins, la plupart du temps, adoptent-ils face aux personnes venant les consulter, une posture de détention d’un savoir absolu tant sur la pathologie et ses remèdes possibles que sur la réalité du vécu de la personne malade ? Comment, dès lors, ne pas s’interroger sur la formation des médecins ? Qui, et dans quel intérêt, fait croire aux étudiants en médecine qu’ils détiendront La Vérité sur tout et tous en matière de santé ?
    Ensuite, par quel cursus plus ou moins conscientisé, les médecins entrent-ils en collusion avec les laboratoires pharmaceutiques? Les aides à l’installation, entre autres, y seraient-elles pour quelque chose ? Le fait que les médecins n’ont pas le temps de tout lire de ce qui concerne la recherche expliquerait-il cette sorte de délégation de pouvoir, assez paradoxale, aux laboratoires pharmaceutiques ayant ainsi facilité à entretenir une dépendance du corps médical à leur égard, tout en entretenant parallèlement l’illusion que les médecins sont les décideurs et les « connaissants » ?
    Et quel rôle joue le fameux Conseil de l’Ordre, dont la dénomination même laisse la possibilité de plusieurs interprétations sur ses buts et méthode ?
    Peut-être joué-je là un peu les trouble-fête, encore une fois je ne suis pas dans le registre de l’accusation sachant que  » pour que le monde se réforme, je dois commencer par me réformer moi-même ! »
    Et j’ai signé le Manifeste « de bon cœur » !
    Avec mes remerciements très sincères à tous les médecins qui ont su conserver l’esprit du serment d’Hippocrate et celui de Claude Bernard lorsqu’il disait qu’écouter le patient primait sur tout le reste du traitement !

    Répondre
  75. Biesse

    le fondateur Servier a su inculquer un esprit d’entreprise basée sur la méfiance. Il faisait faire des enquêtes sur des candidats à des postes par des ex gendarmes. J’ai accepté de répondre une fois à leurs questions, en arrêtant les débats quand cela atteignait la sphère privée . Ils m’avaient même proposé la rencontre dans un café! Je les ai reçus dans le hall de mon entreprise (ils étaient deux). ce fut la seule fois; ensuite j’ai refusé..
    retraité, chimiste, biostatisticien.

    Répondre
  76. didier deffond (neurologue)

    information Servier : information truquée ! un dicton qui avait cours dans les années 80 quand j’étais étudiant. Le plus ennuyeux c’est que les autorités « compétentes » aient laissé sur le marché pendant des années les Médiator, Duxil et Vectarion, Survector… Mais aussi Trivastal qui, bien qu’étant un hallucinogène puissant, avait l’indication « troubles attentionnels du sujet âgé » jusqu’à très récemment. Il est tout de même difficile d’imaginer avec tous ces scandales que Servier n’ai pas bénéficié de la « bienveillance » des autorités, la question est : à quel prix ?

    Répondre
  77. cariot

    j’ai eu l’occasion d’initier les premieres procedures contre servier dans la procedure Isomeride./Malheureusement rien n’a change,et une victime decedee « coute » moins qu’une victime survivante

    Répondre
  78. Becquet

    Ce n’est absolument pas normal que des patients handicapées à vie ne soient pas correctement reconnues, réparées et indemnisées selon les barêmes en vigueur. C’est « deux poids deux mesures ». Dans ma patientèles des victimes du médiator n’ont même pas le courage d’entamer une procédure car elles savent qu’elles vont perdre. C’est lamentable.

    Répondre
  79. Dominique Dupagne Auteur de l’article

    Des epatient(e)s se sont émues de ne voir figurer parmi les signataires aucun nom les représentant. J’ai été initialement un peu surpris de cette remarque. Notre objectif était en effet d’associer des grands noms à ce manifeste, noms étrangers à l’affaire Mediator, pour montrer que la révolte face à SERVIER ne concernait pas que le « cercle historique » des soutiens d’Irène Frachon, et amplifier l’impact médiatique du manifeste.

    Il est vrai que certains signataires initiaux sont aussi des médecins engagés auprès d’Irène et des victimes du Mediator depuis le début. Je pense que si une personnalité chez les victimes avait émergé dans les médias depuis quelques années, nous l’aurions tout naturellement intégrée aux 30 initiaux. Mais Irène a tellement donné dans les médias pour les victimes, et ces dernières se sont senties si bien représentées et défendues, qu’elle symbolise à elle seule pour les médias la communauté des victimes du Mediator.

    Nous aurions aussi pu solliciter un(e) représentant(e) des victimes de médicaments en général, par exemple du distilbène. En y repensant, je pense cela aurait été une bonne idée. Mais tout a été très vite, et nous avons été confrontés au nombre limité de premières signatures (le chiffre 30 avait été choisi d’emblée pour créer le site). Irène Frachon elle-même n’en fait pas partie.

    Les e-patient(e)s qui me connaissent savent à quel point j’ai toujours défendu leur cause depuis 10 ans, à quel point j’ai martelé leur importance au sein de la Medecine 2.0 dès son introduction en 2007. Mais si c’était à refaire, j’aurais sans doute suggéré à Irène d’ajouter un représentant de l’association DES France. Après réflexion, c’est en effet un oubli et je suis le seul fautif.

    Répondre
  80. docteur Michel Bonhomme

    isoméride ,vectarion médiator, trois médicaments inutiles et dangereux ,vendus en france et refusés à l’étranger,tous dénoncés en leur temps par la revue indépendante PRESCRIRE, il y aurait matiere à se couvrire la tête de cendres en demandant pardon à ceux qui en sont morts et ceux qui souffrent… « PRIMUM NON NOCERE « 

    Répondre
  81. Cprt

    Médecin generaliste depuis 36 ans, j’ai toujours éprouvé la plus grande méfiance envers le labo S., qui arrosait largement les professionnels de santé pour qu’ils prescrivent ses produits, lesquels faisaient toujours l’objet de présentation dithyrambique … Il ne fallait pas être pourtant un grand scientifique pour voir les failles de l’argumentation… Merci madame Frachon pour votre courage et votre détermination !

    Répondre
  82. M.OLIVIER

    Grand merci à Mme Frachon pour son combat , sa pugnacité et son courage face à ce laboratoire ( et est il le seul ?) que ne pense qu’a son intérêt financier et pas à la santé des malades et à leur devenir .Malheureusement les lobbies pharmaceutiques ont une telle puissance sur le système de santé et certains professionnels que ce type de problème ne sera certainement pas le dernier.

    Répondre
  83. Pogorzelski

    Merci pour votre démarche, votre éthique. J’ai quitté la santé, trop de dérapages… pour ma part j’ai toujours été bien formé et informé par la revue Prescrire. Merci à eux également.
    Michel Pharmacien

    Répondre
    1. PONS G

      Au vu du dramatique bilan humain, il est normal de s’associer et de soutenir toutes les victimes de ce médicament. Oui, je soutiens les signataires de ce manifeste car être MEDECIN est un très beau métier qu’il faut défendre afin que soit pratiquée une médecine humaine, proche de ses malades. Que le serment d’Hippocrate ne soit pas seulement un vain mot……! Merci à tous les professionnels de santé pour leur combat.
      G PONS
      Maître d’oeuvre Bâtiment, retraitée

      Répondre
  84. Yan

    Bonjour,

    Ayant travaillé 3 ans pour Euthérapie filiale de Servier et lancé le fludex, preumorel retard , survector j’ai quitté la profession de visiteur médical écœuré par les pratiques de ce laboratoire et depuis je refuse tous les produits Servier, Biogaran etc ….

    Aucunement étonné du scandale Médiator mais plutôt surpris que ce ne soit découvert et mis en avant que récemment, un grand merci à Irène Frachon pour son courage.

    Répondre
  85. Alain PRIVAT

    Médecin, chercheur, membre correspondant de l’ Académie de Médecine, je connais bien le laboratoire Servier avec lequel j’ai collaboré dans les années 90. J’ai mis fin volontairement à cette collaboration,car j’avais perçu dans cette entreprise des dérives qui se sont révélées dramatiquement dix ans plus tard. J’ai été effectivement témoin, documents à l’appui, de méthodes de recrutement assez particulières, sous forme d’enquêtes approfondies faisant appel a des officiers retraités de la police et de la gendarmerie. J’ai été particulièrement scandalisé par la remise de la cravate de Grand Croix de la Légion d’honneur à J. Servier par N. Sarkozy en 2009, alors que le dossier du Médiator était dans les ministères concernés, à l’ Elysée et à la Chancellerie. On peut rappeler que Servier avait déjà été condamné il y a 20 ans aux USA pour un autre médicament de la même série qui était aussi une amphétamine.

    Répondre
  86. Geneviève Lambert

    bonjour, c’est suite à l’émission de France Inter que j’ai décidé de signer la pétition. Il ni a pas de mot assez fort pour exprimer ma colère, ma révolte ; même « scandaleux » ne l’est pas assez. Je suis en ald et j’espère ne pas avoir eu affaire à ce laboratoire.
    J’espère de tout mon cœur qu’avec ces milliers de signatures vous arriverez à faire bouger les choses. Surtout un grand MERCI à Madame FRACHON pour son courage d’affronter ces « dinosaures ».

    Répondre
    1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

      Il y a un formulaire à cet effet, sur la page d’accueil, sous la liste des premiers signataires.

      Répondre
  87. Soizic

    Mon papa a été victime de Servier via le Duxil qui ne servait à rien et qui lui a provoqué une neuropathie des membres inférieurs irréversible et insupportable qui l’a amené à une tentative de suicide.
    Je déteste ce laboratoire et que dire de l’Isomeride, du Protelos, du Vectarion etc etc….

    Répondre
  88. Jacques Sartre

    Le Dr Frances Oldham Kelsey vient de mourir à l’âge de 101 ans. L’événement est passé inaperçu dans les media français et c’est dans la presse anglo-saxonne que j’ai découvert le parcours de cette grande dame pharmacologue de la Food and Drug Administration qui a réussi à bloquer l’autorisation de mise sur le marché du thalidomide après un long bras de fer avec l’industrie du médicament.

    Beaucoup de temps a passé depuis et nous n’avons rien appris. La pression des lobbies du médicament sur les politiques, les autorités de contrôle et le corps médical ne s’est jamais relâchée. Etudiant en médecine, ce fut un choc pour moi de voir mes maitres prêts à se prostituer pour quelques croissants et le sourire d’une déléguée médicale. Je garde de ces réunions un sentiment d’humiliation profonde. L’attitude de nombre de mes collègues n’a par la suite fait qu’aggraver ce malaise et aujourd’hui en fin de carrière, je constate avec amertume que le refus du système aboutit le plus souvent à la marginalisation des réfractaires.

    Il existe heureusement des exceptions pour sauver l’honneur de notre profession.
    Merci à Mme Frachon d’avoir eu le courage et la persévérance de nous montrer le chemin. J’espère, sans trop y croire, que son exemple sera à l’origine d’un sursaut salutaire.

    Répondre
  89. tanguy

    Ce serait peut-être le moment de remettre en cause et en question les partenariats avec les laboratoires pharmaceutiques privés en général. Servier est à condamner pour cette affaire spécifique à la hauteur de ses méfaits. Mais il me semble que la place des laboratoires pharmaceutiques privés (et la défense de leurs intérêts) dans le système de soins et de santé est à remettre en cause (formation initiale, formation continue, participation de fait à l’orientation des moyens de soins et des politiques de soins et de santé) Condamner Servier me semble juste et nécessaire mais tout à fait insuffisant pour éviter que d’autres événements de ce type se produisent.

    Répondre
    1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

      Bonjour
      Soyons clairs : nous ne condamnons personne. Nous incitons SERVIER à accélérer l’indemnisation des victimes, et nous exhortons les médecins à vérifier si la poursuite de leurs partenariats avec ce laboratoire est compatible avec la déontologie et l’éthique médicale.

      Le problème plus global des conflits d’intérêt est bien plus vaste. Il est au coeur des préoccupations de nombreux signataires du texte et à été l’objet de nombreuses opérations de communication. J’en parlais bien avant l’affaire du Mediator : http://www.atoute.org/n/Comment-les-conflits-d-interets.html

      Répondre
      1. Becquet

        La misssion Dintilhac a été crée pour indemniser les victimes et on s’assoie dessus! Il y a des règles en France, appliquons-les et ce n’est pas 1500 euros qui vont tout réparer, c’est du f. de g.

        Répondre
    2. jibert

      Votre discours est deplacé. Etant moi-même Pharmacien industriel dans un grand laboratoire, nos pratiques n’ont strictement rien à voir. Les laboratoires ‘ que vous appelez privés, sont acteurs de la recherche, y compris dans le domaine de la recherche publique et heureusement. Avec un pays en croissance risible , les partenariats sont de plus en plus nombreux entre public/privé sur de nouvelles molécules. Le slaboratoires ne sont pas au-dessus des lois et nous sommes dans l’obligation de suivre les autorités de santé oua utre autorité compétente. Pour éviter que d’autres évênements ne se produisent, il faut localiser la base du problème. Le médiator a démontré une inefficacité et des effets secondaires rapportés graves. Il a pourtant été renouvelé par Xavier Bertrand lui-même au journal offciel sans que personne ne dise rien. Vous oubliez un point important: le médiator était prescrit en dernier recours pour un diabète de type 2 et hors amm pour faire perdre du poids. Vous avez raison sur les pratiques de VM et autres de recrutement connues du laboratoire mais attention, ce sont les patients souffrant des effets du produit qui doivent etre indemnisés certes mais pas uniquement que le laboratoire Servier. Ce sont les médecins/autorités de santé/labo qu’il faut alors sancitonner. Le médecin qui a prescrit le produit hors-amm, l’autorité qui l’a accordé et enfin le labo qui semblait au courant de l’effet grave.

      Répondre
  90. patrick

    Il faut aussi préciser que le racisme et la discrimination à l’embauche qui caractérisent de notoriété publique si bien XXXXXX aurait pu et du alerter plus tot sur ses méthodes douteuses et non éthiques et gagnerait à être combattu par les auteurs car devenu un fléau dans la société française.

    Répondre
    1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

      Voici exactement le type de message qui ne peut pas être publié sur ce forum. La « notoriété publique » n’est pas un élément factuel (j’ai supprimé le nom de l’entreprise citée).

      Répondre
    1. jibert

      Le laboratoire dispose d’un très gros chiffre à l’etranger et à l’export + sa filiale générique. Vous trouverez des informations sur le site du LEEM ou encore sur le site de l’inserm il me semble.

      Répondre
  91. Arthémise

    Où sont les femmes ? Belle brochette d’hommes média-dépendants ! Votre cause est juste, mais votre mégalomanie et votre grandiloquence vous discréditent d’emblée…

    Répondre
    1. Dominique Dupagne Auteur de l’article

      Bonsoir et merci pour vos encouragements.

      Habituellement, les hommes dirigent et paradent pendant que les femmes soutiennent.

      Dans l’affaire Mediator, une femme a affronté seule une horde de mâles dominants particulièrement dangereux et hostiles. Les 30 signataires, essentiellement masculins, la soutiennent dans ce combat. Anne Crignon, dans le NouvelObs, nous appelle les « 30 mousquetaires« . Il s’agit donc, contrairement aux parités imposées et souvent artificielles, d’un exemple emblématique de matricarcat à même de vous rassurer 🙂

      Répondre
      1. Arthémise

        Non Monsieur Dupagne, je ne suis pas rassuré du tout. J’ai une admiration sans borne pour le combat d’Irène Frachon (et pour le vôtre dans une moindre mesure), mais je n’en ai aucune pour les m’as-tu-vu cacochymes qui paradent dans les médias. Tant de revenus exorbitants qui se donnent bonne conscience en enfonçant les portes que d’autres ont ouvertes, ça me scie les dents. Place aux jeunes et aux femmes ! Messieurs, lâchez le morceau svp, il est plus que temps ! Vous avez assez profité du système.

        Répondre
  92. Dr Ph. Ricordeau

    Merci infiniment aux premiers signataires car cette pétition est particulièrement bienvenue et nécessaire ! Il s’agit toutefois, aussi, dans le même temps, pour l’avenir, de réduire le risque de nouveaux scandales. Or, en permettant aux industriels du médicament d’accéder librement aux données publiques, la future loi de santé porte en elle le germe de pratiques discutables.

    Il est en effet assez probable, si tel est bien le cas, que certaines études portant sur la sécurité des médicaments, financées et contrôlées par ceux-là même qui les commercialisent, ouvrent à des débats scientifiques interminables, éventuellement biaisés car susceptibles de peser sur des intérêts économiques considérables. Plutôt que de s’en remettre uniquement à l’éthique des chercheurs travaillant pour le compte des industriels, il serait peut-être prudent, pour l’intérêt collectif, de constituer une expertise publique indépendante et financée directement sur les deniers publics.

    Curieusement, – mais sans doute est-ce par méconnaissance des enjeux méthodologiques ? – les débats passionnés de ces derniers mois sur l’ouverture au privé des données d’assurance maladie n’abordaient que très peu cette question. Comme si la vérité scientifique ne pouvait jamais être présentée de manière partiale !

    Répondre
    1. Alain PRIVAT

      Merci , Cher Confrère, pour ce commentaire pertinent. En tant qu’ancien expert pour l’ AFSSAPS, j’ai pu être le témoin d’incroyables collusions entre l’industrie et l’ agence ; Beaucoup reste à faire pour que l’indépendance des experts soit assurée !

      Répondre
    2. Philippe Nicot

      Et… Merci à vous d’écrire aussi clairement les choses! Comme vous le savez probablement, nous étions quelques-uns en 2011 au cours de la loi de l’après-médiator à avoir porté l’idée d’une « École européenne de l’expertise sanitaire publique ». Projet avorté en revenant du sénat à l’assemblée nationale. Il faudra une grande mobilisation pour que l’idée se concrétise. Pourtant le projet serait facilement financé par les économies réalisées. C’est donc d’à priori une décision facile à prendre dans une conjoncture économique tendue… Philippe Nicot (l’un des premiers signataires).

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *